Oui, on peut se passer des modèles animaux !

Peut-on se passer des modèles animaux ?

modèles animauxL’auteur (Yaroslav Pigenet) de l’article portant ce titre et paru le 26 octobre 2017, est un journaliste scientifique qui rédige des articles dans Le Journal du CNRS. Une recherche dans Pubmed et Google Scholar révèle que cette personne ne possède aucune publication dans les revues scientifiques à comité de lecture.

Nous vous présentons ici quelques extraits de l’article, suivis d’un commentaire du vétérinaire André Ménache, conseiller scientifique d’Antidote Europe :

 


Le Journal du CNRS : 

« … les modèles animaux ont été à l’origine de plus de 70 prix Nobel, et de la plupart des avancées biomédicales des 150 dernières années. »

Antidote Europe :

L’utilisation de modèles animaux constitue le paradigme actuel de la recherche biomédicale. Il est donc évident que si la quasi-totalité des chercheurs (y compris les lauréats du Prix Nobel) se focalisent sur des animaux au lieu de se focaliser sur les données humaines, les avancées biomédicales seront attribuées aux expériences sur des animaux, même si la découverte aurait pu se faire sur du matériel humain (exemples : l’ADN humain, la radiographie, le cathétérisme cardiaque).

Enfin, bien que les systèmes mammifères humains et non humains (et également des invertébrés) puissent partager des processus biologiques conservés à des niveaux inférieurs, ou encore des modules au niveau de l’organisation biologique (le gène Hox par exemple), de tels modules sont insuffisants pour une extrapolation inter-espèces dans le cadre d’une étude à des niveaux plus élevés de l’organisation, tels que les systèmes corporels (50). Les systèmes complexes évolués sont bien plus que la somme de leurs parties et ne se prêtent pas à des méthodologies réductrices de la même manière que des systèmes simples (51). Il est bien connu que les systèmes complexes évolués présentent des propriétés émergentes, rendant l’extrapolation entre différentes espèces animales pratiquement impossible (27). D’après Koch, ces systèmes (le système immunitaire mammifère, par exemple) « se caractérisent par un grand nombre de composants très hétérogènes, qu’il s’agisse de gènes, de protéines ou de cellules. Ces composants interagissent et s’affectent d’une multitude de façons à travers un très large spectre espace-temps, allant du nanomètre au mètre et de la microseconde à l’année » (52).

Les références bibliographiques (50), (51), (27) et (52) ont été publiées sur : http://antidote-europe.org/public/commentaire-ICE-revision-directive.pdf »commentaire-ICE-revision-directive.pdf


Le Journal du CNRS :

« Au fondement de toute expérimentation animale, il y a un organisme qui va servir de modèle à un autre, plus sensible, moins accessible ou plus difficilement manipulable. »

Antidote Europe :

Cette phrase représente un non-sens scientifique et démontre que l’auteur ne comprend pas le fait qu’aucune espèce n’est un modèle biologique pour une autre espèce.

L’un des principaux objectifs de la philosophie des sciences est d’éclaircir la signification des termes scientifiques, et de soumettre leur emploi à un examen critique. Le lien à l’article ci-dessous s’intéresse au terme scientifique prédire, et tente de déterminer s’il existe des preuves crédibles démontrant que les modèles animaux peuvent être utilisés pour prédire des résultats chez l’être humain, en particulier en toxicologie et pathophysiologie. La question de savoir si les animaux peuvent être utilisés pour prédire les réactions des êtres humains aux médicaments et autres produits chimiques apparaît comme un sujet très controversé. Or, l’analyse empirique des modèles animaux au moyen d’outils scientifiques démontre l’impuissance de ces modèles à prédire les réactions chez l’homme. Ce résultat n’est pas une surprise à la lumière de ce que nous ont appris des disciplines telles que la biologie de l’évolution et la biologie développementale, la régulation et l’expression géniques, l’épigénétique, la théorie de la complexité et la génomique comparative.

Référence bibliographique : http://antidote-europe.org/modeles-animaux-ont-ils-valeur-predictive/


Le Journal du CNRS :

« La biologie moderne s’est construite sur le constat de l’unité du vivant. Le fait que nos gènes possèdent 60 % d’homologie avec ceux de la mouche drosophile et 90 % avec ceux de la souris nous a permis, grâce à l’expérimentation animale, d’élucider plusieurs mécanismes physiologiques fondamentaux et certaines pathologies, mais il reste délicat de postuler que ce qui se passe dans le cerveau d’un poisson ou d’un rongeur modélise parfaitement tout ce qui se passe dans celui d’un humain ; ainsi le recours à des primates modèles est parfois indispensable pour étudier des processus neurobiologiques ou comportementaux complexes, explique le chercheur Jean-Stéphane Joly. Devant le nombre de plus en plus grand d’organismes modèles à sa disposition, le biologiste se doit aujourd’hui de bien s’interroger sur la pertinence de celui ou ceux qu’il va choisir pour répondre à la question qu’il se pose. »

Antidote Europe :

Nous partageons encore plus de notre ADN avec le chimpanzé et pourtant les chercheurs ont abandonné leur « meilleur modèle animal possible » puisque c’est plus facile et moins cher de manipuler des souris et des poissons zèbres que des chimpanzés. Voir le lien suivant :

http://antidote-europe.org/nih-refuse-financer-recherches-chimpanze/

La faiblesse du taux de transposition des découvertes faites sur des modèles animaux en applications cliniques est mise en évidence par notre compréhension de la biologie de l’évolution et de la biologie des systèmes. Par exemple, Seok et al. (43) ont indiqué que les maladies inflammatoires humaines ne sont pas fidèlement reproduites chez les modèles souris, et ont observé une correspondance aléatoire entre les réponses génomiques murines à l’inflammation et les gènes humains homologues. Mestas et Hughes (44) ont montré d’importantes différences interspécifiques entre le système immunitaire des souris et celui des  êtres humains (45), des disparités que Yue et al. ont expliquées par une régulation génique propre aux espèces. On retrouve également de telles différences interspécifiques dans l’utilisation de primates non humains (46, 47). De plus, l’existence de polymorphismes au sein d’une même espèce (en particulier chez l’être humain) a une incidence sur l’évaluation préclinique des candidats médicaments (48, 49).

Pour les références bibliographiques, voir :

http://antidote-europe.org/public/commentaire-ICE-revision-directive.pdf


Le Journal du CNRS :

« Toutefois, bien plus que les interrogations sur la validité et la valeur prédictive des modèles animaux, ce sont celles concernant le statut et le bien-être de l’animal qui, trouvant un écho croissant auprès de la population, ont fini par mettre l’expérimentation animale sur la sellette. »

Antidote Europe :

Pour la majorité du public la recherche animale est un « mal nécessaire ». Toutefois, si nous pouvons démontrer de façon scientifiquement rigoureuse que cela est faux, l’opinion publique sera capable de mettre fin à cette fraude scientifique. Un premier pas vers un débat public serait la création d’une Commission d’enquête parlementaire : https://www.mesopinions.com/petition/animaux/experimentation-animale-exigeons-commission-enquete-parlementaire/25725

L’expérimentation animale est également remise sur la sellette par une part grandissante des chercheurs eux-mêmes. L’auteur de l’article ignore visiblement les publications parues dans des revues prestigieuses telles que « La recherche animale est-elle suffisamment basée sur des preuves pour être la pierre angulaire de la recherche biomédicale ? » (BMJ 30 mai 2014) ou encore l’appréciation de Thomas Hartung, professeur de toxicologie, à propos des essais sur des animaux : c’est « tout simplement de la mauvaise science » (Nature 10 novembre 2005).


Le Journal du CNRS :

« Dans le développement de nouveaux médicaments, renoncer à l’expérimentation sur un ou plusieurs modèles animaux revient à reporter le risque sur l’être humain.»

Antidote Europe :

Malgré l’étape réglementaire des tests sur des animaux, les effets secondaires de médicaments sont la quatrième cause de mortalité humaine. Quand il faut évaluer la toxicité des médicaments, les humains ne sont pas des rats de 70 kilos ! Il est temps de dépasser le paradigme actuel d’évaluation de la toxicité des médicaments. La première étape serait de supprimer les exigences réglementaires pour des tests sur des animaux et remplacer ces tests par des méthodes scientifiques du 21ème siècle. Lire la suite sur : http://antidote-europe.org/humains-ne-sont-pas-rats-70kg/


Le Journal du CNRS :

« Depuis le désastre de la thalidomide, le recours à une espèce « non-rongeur » est devenu obligatoire dans les essais précliniques des médicaments ».

Antidote Europe :

Cela n’a pas empêché de nouveaux désastres. Voir, par exemple, au sujet des médicaments dangereux pendant la grossesse : https://lecrat.fr/spip.php?page=article&id_article=742

Principe de Karnofsky « N’importe quelle substance peut être tératogène si elle est donnée à la bonne espèce, à la bonne dose et au bon moment. »

http://www.centres-antipoison.net/paris/DIU_Tox_Med_2016_2017/20170203/DIU_Tox_Med_2016_17_S_Malard_Methodes_d_evaluation_de_la_toxicite.pdf

Le recours à deux espèces animales dont un non-rongeur au cours des essais précliniques, parlons-en, justement ! Plus de 9 candidats médicaments sur 10 testés avec succès sur des animaux échouent aux essais sur l’homme. Ce chiffre montre bien les dangers auxquels sont exposés les cobayes humains… puisque, il faut bien le dire, l’expérimentation animale n’évite pas l’expérimentation sur l’homme, elle la précède seulement.