Nos publications dans la presse scientifique

14. The European Citizens’ Stop Vivisection Initiative and the Revision of Directive 2010/63/EU ; par André Ménache ; article paru dans ATLA (Alternatives to Laboratory Animals) , août 2016, vol 44, pp383-390. Nous traduisons ci-après le résumé de cet article. La traduction complète est disponible sur http://antidote-europe.org/public/commentaire-ICE-revision-directive.pdf.
L’expérimentation animale est présentée au public comme un débat en cours entre des chercheurs scientifiques d’un côté et la communauté de la protection animale de l’autre. Une opportunité de sortir de ce schéma s’est présentée sous la forme d’une initiative citoyenne européenne, Stop Vivisection, qui remet en question la directive 2010/63/UE du Parlement européen et du Conseil sur la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques. Le manifeste de l’Initiative appelle la Commission européenne à remplacer la Directive existante par une nouvelle proposition qui supprimerait l’expérimentation animale et rendrait obligatoire l’utilisation de données humaines en tant que modalités prédictives pour l’étude des maladies humaines et de la réponse aux médicaments. Bien que l’Initiative ait réussi à collecter le million de signatures requises, la Commission européenne a rejeté la proposition. Toutefois, certaines des leçons apprises de l’Initiative pourraient bien être pertinentes pour la révision de la directive 2010/63/UE, révision prévue en 2017.

13. Commentary: Lessons from the Analysis of Non-human Primates for Understanding Human Aging and Neurodegenerative Diseases ; par André Ménache et Anne Beuter ; article paru dans Frontiers in Human Neuroscience le 2 février 2016 (http://journal.frontiersin.org/article/10.3389/fnhum.2016.00033/full). Les auteurs contestent le rôle de l’utilisation de primates dont une région cérébrale précise a été détruite par injection d’une substance toxique dans l’étude de la maladie de Parkinson chez l’homme et dans la découverte de nouvelles thérapies pour l’homme. Ils rappellent que ce « modèle singe » n’a commencé à être étudié que bien après l’observation de patients humains et ne peut donc avoir joué le rôle que lui prêtent de nombreux chercheurs dans le développement de méthodes de stimulation électrique de certaines zones du cerveau dans le traitement de la maladie de Parkinson. Ils rappellent aussi l’échec d’essais sur l’homme menés après que des troubles moteurs aient été réduits chez le babouin par stimulation électrique du cortex moteur : chez l’homme, le même traitement n’a pas eu les mêmes effets. Enfin, ils font le point sur les modèles informatiques modernes utilisés pour développer des méthodes de stimulation électrique du cerveau humain pour le traitement des troubles moteurs induits par la maladie de Parkinson.

12. The effects of the fungicides fenhexamid and myclobutanil on SH-SY5Y and U-251 MG human cell lines
; par David A. Nagel, Eric J. Hill, John O’Neil, Alexandra Mireur et Michael D. Coleman ; article paru dans Environmental Toxicology and Pharmacology de novembre 2014 (volume 38, pp 968-976 ; disponible en ligne dès le 16 septembre 2014). Bien que des membres de notre équipe ne figurent pas sur la liste des auteurs, Antidote Europe est remerciée en tant que sponsor. Cette étude a été réalisée par l’équipe du professeur Michael Coleman, avec qui nous avions déjà collaboré (voir publication n°6). En utilisant la toxicogénomique et d’autres méthodes d’étude des cellules humaines, elle a mis en évidence des mécanismes d’action de ces deux fongicides sur nos neurones et cellules gliales. La compréhension de ces mécanismes n’aurait pas été possible par des approches de toxicologie « classiques » sur des animaux. Ces deux fongicides sont abondamment utilisés en agriculture, notamment dans la viticulture. Nous présentions cet article dans La Notice d’Antidote de mars 2015 (n°42, page 4).

11. Ethical and legal perspectives on alternatives ; par André Ménache ; abstract présenté au 9ème Congrès mondial sur les alternatives et l’utilisation d’animaux dans les sciences du vivant, publié dans Altex Proceedings, 2014, volume 3, n°1, p 242. Ce congrès s’est déroulé à Prague du 24 au 28 août 2014. Une version française intégrale de cet abstract était présentée dans La Notice d’Antidote de mars 2015 (n°42, page 13).

10. Letter to the Editor regarding « A process-based review of mouse models of pulmonary hypertension » ; par André Ménache et Anne Keogh ; lettre parue dans Pulmonary Circulation d’avril à juin 2013. Nous présentions cet article dans La Notice d’Antidote de septembre 2013 (n°36, page 13).

9. The PIP scandal: an analysis of the process of quality control that failed to safeguard women from the health risks ; par Victoria Martindale et André Ménache ; article scientifique paru dans Journal of the Royal Society of Medicine le 8 mai 2013 ( http://jrs.sagepub.com/content/106/5/173.full ). Nous présentions cet article dans La Notice d’Antidote de juin 2013 (n°35, page 5).

8. Systematic Reviews of Animal Models: Methodology versus Epistemology ; par Ray Greek et André Ménache ; article scientifique paru dans International Journal of Medical Sciences le 11 janvier 2013 ( www.medsci.org/v10p0206.pdf ). Annoncé dans La Notice d’Antidote de mars 2013, nous présentions cet article avec des extraits du résumé traduits en français dans La Notice d’Antidote de juin 2013 (n°35, page 4). Juin 2017, il a été traduit par Hélène Sarraseca. Il est désormais disponible en français dans son intégralité et téléchargeable en PDF sur http://antidote-europe.org/public/IntJMedSci.pdf. Ce texte, accessible aussi aux non scientifiques, est plus que jamais d’actualité au vu de l’argumentation récente de certains chercheurs pour justifier l’utilisation d’animaux pour la recherche biomédicale : pour une meilleure analyse statistique, ils proposent d’augmenter le nombre d’animaux utilisés dans leurs études dans le but d’obtenir des résultats qui seraient, disent-ils, plus fiables. C’est ignorer les véritables raisons pour lesquelles l’expérimentation animale est un échec. L’article de Ray Greek et André Ménache vous permettra de comprendre ces raisons et vous pourrez ensuite les exposer clairement si vous avez l’occasion d’échanger avec des chercheurs qui défendent l’utilisation d’animaux pour la recherche biomédicale humaine.

7. REACH, animal testing, and the precautionary principle ; par André Ménache et Candida Nastrucci ; article scientifique paru dans Medicolegal and Bioethics le 3 août 2012 ( www.dovepress.com/articles.php?article_id=10625 ). Nous présentions cet article avec quelques extraits traduits en français dans La Notice d’Antidote de septembre 2012 (n°32, page 5).

6. Quelques années après la mise en oeuvre de notre PTS, nous avons fait une nouvelle démonstration de la fiabilité des méthodes modernes de toxicologie sans recours à l’expérimentation animale, cette fois pour tester des mélanges de substances chimiques. Alors que l’on savait déjà depuis des années que notre sang (y compris celui des nouveau-nés) contient des dizaines de substances chimiques pouvant se combiner pour produire des effets différents des effets de chacune des substances prises isolément, nous avons été parmi les premiers à proposer des méthodes pour évaluer de tels cocktails chimiques. Il s’agissait de notre projet « Test cancer », car nous avons surtout mis en évidence de possibles effets cancérigènes. Suite aux travaux réalisés à l’Université d’Aston, nous publiions : A Preliminary Investigation into the Impact of a Pesticide Combination on Human Neuronal and Glial Cell Lines In Vitro ; par Michael D. Coleman1, John D. O’Neil, Elizabeth K. Woehrling, Oscar Bate Akide Ndunge, Eric J. Hill, André Ménache et Claude J. Reiss ; article scientifique paru dans PLoS ONE d’août 2012 ( www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0042768 ). Nous présentions ces travaux dans La Notice d’Antidote de septembre 2012 (n°32, page 2), ainsi que sur notre site ici et ici. Ces travaux ont été portés à la connaissance des médias grands public, notamment par un communiqué de presse et ont été relayés par plusieurs médias (voir notre section « Dans les médias » pour la période 2012).

5. Are Animal Models Relevant in Modern Psychiatry ? ; par André Ménache ; article scientifique paru dans Psychiatric Times le 28 février 2012 ( www.psychiatrictimes.com/display/article/10168/2039315 ) . Nous présentions cet article et la traduction en français de quelques extraits dans La Notice d’Antidote de juin 2012 (n°31, page 9).

4. Animal models in the age of personalized medicine ; par Ray Greek, André Ménache et Mark J. Rice ; article scientifique paru dans Personalized Medicine de janvier 2012 ( www.futuremedicine.com/doi/abs/10.2217/pme.11.89 ). Nous présentions cet article et la traduction en français de son résumé dans La Notice d’Antidote de mars 2012 (n°30, page 10).

3. Outre nos propres travaux de recherche, nous avons été auteurs ou co-auteurs de plusieurs articles parus dans la presse scientifique internationale, notamment des articles critiquant la recherche animale ou promouvant les méthodes modernes. Notre première critique, en collaboration avec d’autres chercheurs, paraissait en 2011 : An analysis of the Bateson Review of research using nonhuman primates ; par Ray Greek, Lawrence Hansen et André Ménache ; article scientifique paru dans Medicolegal and Bioethics le 5 décembre 2011 ( www.dovepress.com/articles.php?article_id=8799 ) . Nous présentions l’histoire de cet article et un condensé de son contenu dans La Notice d’Antidote de mars 2012 (n°30, page 8).

2. Ce premier article et le travail de recherche bibliographique qui en a découlé ont abouti à notre Programme de toxicologie scientifique (PTS). Ce Programme consiste en un protocole de test par une approche rapide et peu coûteuse de la toxicogénomique, que nous avons mise au point dès 2004, que Claude Reiss présentera à la conférence internationale sur la toxicogénomique à Hawaï en 2007 et que l’Institut national des sciences de santé environnementale états-unien se décidera à promouvoir… en 2013 ! (voir La Notice d’Antidote de décembre 2013). Pour démontrer la fiabilité du PTS, nous l’avons mis en oeuvre pour tester 28 substances chimiques parmi les plus dangereuses et les plus présentes dans notre environnement. Il n’existe pas de publication de ces travaux dans des périodiques scientifiques mais les résultats pour 22 substances ont été enregistrés dans la base internationale spécialisée MIAME (Minimum Information About a Microarray Experiment) ; numéros d’accès E-TOXM-31 pour les expériences et A-MEXP-798 pour le modèle de la puce à ADN. Nous avons publié une version vulgarisée complète du PTS et des résultats obtenus dans le hors série de La Notice d’Antidote (novembre 2005) et une version abrégée ici .

1. Peu avant la création d’Antidote Europe, Claude Reiss, André Ménache et d’autres chercheurs avaient publié un premier article proposant une méthode pour évaluer la toxicité des substances chimiques par des méthodes modernes et fiables pour l’homme : Scientific Toxicity Assessment of pesticides, drugs and other chemicals ; par Claude Reiss, André Ménache, Simone Parvez et Hasan Parvez ; article scientifique paru dans Biogenic Amines, Vol. 18, No. 1, pp.41-54 (2003). La version complète de cet article peut être consultée ici et une version simplifiée en français ici .