Peut-on justifier l’utilisation d’animaux sentients en recherche fondamentale ?

recherche fondamentale antidote europe

L’article ci-dessous aborde une question éthique dont la discussion ne fait pas partie des activités d’Antidote Europe. En effet, nous agissons uniquement sur le plan scientifique, en démontrant qu’aucune espèce animale n’est le modèle biologique de l’homme et en demandant aux autorités de ne plus utiliser les données issues de la recherche animale pour les extrapoler à l’homme. Toutefois, nous vous présentons cet article car il permet de comprendre ce qu’est la recherche fondamentale et, ainsi, de répondre à certaines questions que l’on nous pose souvent.

Remerciements  à Marie-Line Souq pour la traduction française.

Peut-on justifier l’utilisation d’animaux sentients en recherche fondamentale ?

par Ray Greek*, Jean Greek

*Correspondance : DrRayGreek@aol.com Americans For Medical Advancement, 2251 Refugio Rd, Goleta, CA 93117, USA

Publié le 8 septembre 2010 dans Philosophy, Ethics, and Humanities in Medicine 2010, : 14 doi:10.1186/1747-5341-5-14

(Reçu le : 25 novembre 2009 ; accepté le : 8 septembre 2010)

Cet article est disponible à l’adresse suivante : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2949619/

© 2010 Greek and Jean; titulaires d’une licence BioMed Central Ltd. Le présent article Open Access est distribué selon les termes de la licence Creative Commons Attribution License (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0), qui autorise son utilisation, sa distribution et sa reproduction sur tout support à condition de citer correctement le contenu d’origine.

Résumé

Les animaux sont utilisés de nombreuses façons dans les sciences et la recherche scientifique. Etant donné que la société accorde de l’importance aux animaux sentients et que la recherche fondamentale n’est pas orientée vers un but, la question se pose : « Peut-on justifier l’utilisation d’animaux sentients en recherche fondamentale ? » Nous allons étudier cela en abordant des questions liées aux financements, aux résultats issus de la recherche fondamentale, ainsi qu’à la position de la société dans son ensemble sur l’utilisation d’animaux sentients pour des recherches qui ne sont pas orientées vers un but. Nous en concluerons, à la lumière des priorités de la société, que l’utilisation d’animaux sentients en recherche fondamentale ne peut être justifiée.

Introduction

Le but de cet article est d’étudier l’utilisation des animaux sentients en recherche fondamentale. (Nous sommes conscients que les êtres humains sont des animaux mais dans cet article nous utiliserons le terme animal pour désigner les animaux non-humains.) Nous posons la question : « Peut-on justifier l’utilisation d’animaux sentients en recherche fondamentale ? » Nous posons la question de cette manière parce qu’il existe des preuves montrant que la société trouve acceptable que des animaux sentients soient utilisés pour prédire la réaction de l’homme à des médicaments ou des maladies. Cependant, une telle utilisation n’est pas défendable d’un point de vue scientifique puisque les animaux ne peuvent pas prédire la réaction de l’homme [1-27]. (Voir les références 1 et 2 pour des articles abordant la théorie sous-jacente à cette position ainsi que des preuves empiriques la confirmant. Voir les références 3-27 pour des analyses d’exemples choisis. Nous comprenons parfaitement la nature controversée de notre affirmation que les animaux ne peuvent pas prédire la réponse de l’homme à des médicaments et maladies, mais nous défendons cette affirmation avec les références 1 et 2, pas dans cet article.) Par conséquent, les questions soulevées sont : « Qu’en est-il de l’utilisation d’animaux sentients pour des recherches reconnues comme étant dirigées par la curiosité plutôt qu’orientées vers un but ? Quels facteurs devraient être pris en compte lors de l’utilisation d’animaux sentients à cette fin ? Quel serait l’avis d’une société informée sur l’utilisation d’animaux sentients dans la recherche en général ?

Dans cet essai, nous montrons que : 1) la recherche fondamentale par définition n’est pas destinée à trouver des remèdes ; 2) dans une vaste majorité de cas, elle ne le fait pas ; et 3) nous montrons que la société n’est pas à l’aise avec cette situation. Nous voyons cet article comme un syllogisme. SI la société n’est pas à l’aise, ou ne tolère pas l’utilisation d’animaux sentients pour des recherches n’aboutissant pas à des remèdes et SI la recherche fondamentale est constituée de ce type de recherches, ALORS la société ne tolère pas l’utilisation d’animaux sentients en recherche fondamentale.

Si la recherche fondamentale se définit comme une recherche qui n’est pas destinée à prédire la réaction de l’homme à des médicaments ou des maladies et si elle est conduite par curiosité, alors quel est le but de prendre du temps au lecteur pour étudier l’utilisation des animaux sentients en recherche fondamentale ? Le résultat n’est-il pas déjà connu ? En réalité, les points précédents sont très controversés, de même que la conclusion, le but de cet essai est donc d’amener le lecteur à comprendre les considérations majeures. Les auteurs ont commencé cette discussion avec Niall Shanks dans l’article, « Les modèles animaux ont-ils une valeur prédictive pour l’homme ? » [1] Cet essai est la deuxième partie de notre étude sur la question de l’utilisation des animaux dans la recherche et les sciences en général.

Le sujet dans son ensemble suscite beaucoup d’émotions et de controverses et présente de nombreuses facettes. De nombreuses questions supplémentaires peuvent, et devraient au final être posées. Par exemple :

  1. Quel type de recherche fondamentale peut être effectué sans utiliser d’animaux et quels sont les coûts et bénéfices associés ?
  2. Quel fut le rôle des animaux dans les découvertes scientifiques et médicales passées ? (Ce n’est pas une question à laquelle il est facile de répondre. L’histoire exacte de la façon dont les percées et les découvertes ont eu lieu ressemble plus à un puzzle qu’à un simple exemple de A amenant à B amenant à C.)
  3. Est-ce que des découvertes majeures impliquant l’utilisation d’animaux auraient pu voir le jour sans animaux ? Si de telles découvertes n’auraient pu voir le jour sans animaux à cette période de l’histoire, pourquoi était-ce le cas ? Est-ce que les avancées scientifiques et techniques ultérieures auraient pu permettre que ces percées et découvertes scientifiques voient le jour plus tard sans l’utilisation d’animaux ? Quelles auraient été les conséquences si ces découvertes avaient été plus tardives ?
  4. De quelles manières sont utilisés les animaux dans l’ensemble des champs de la recherche et des sciences et quels en sont les intérêts ? Par exemple, dans l’article « Les modèles animaux ont-ils une valeur prédictive pour l’homme ? » [1] et dans le livre Les Modèles Animaux à la Lumière de l’Evolution [2] les auteurs exposent neuf façons dont les animaux sont utilisés en sciences et soutiennent que sur les neuf, sept sont valables scientifiquement. En divisant l’utilisation des animaux en catégories comme nous le faisons dans cet essai, le sujet devient non seulement plus facile à étudier mais cela permet également d’étayer les arguments. Les généralisations trop hâtives sont également évitées. Utiliser des animaux d’une manière scientifiquement valable dans une des catégories ne doit pas justifier les manières dont sont utilisés les animaux dans les autres catégories.
  5. Devrait-il y avoir un effort concerté de la part des scientifiques pour expliquer l’intérêt de la recherche fondamentale conduite dans le seul but d’acquérir des connaissances ? Est-ce que l’opinion de la société sur l’utilisation d’animaux sentients en recherche fondamentale changerait si la société croyait, comme nombre de scientifiques, que la recherche utilisant des animaux sentients n’est justifiée que si elle permet d’acquérir plus de connaissances ?
  6. Quelles barrières se dressent contre le remplacement des animaux dans la recherche ? Quelle est l’influence des comités d’éthique et des comités de protection des animaux sur cette question ? Apportent-ils de l’aide ou freinent-ils le processus ? Quelle est la disponibilité des tissus humains par rapport à celle des tissus animaux et pourquoi cela ?
  7. Qu’est-ce que la recherche sur la recherche révèle ? Les auteurs sont d’avis que la société a besoin de bien plus de recherche sur la recherche. Qu’est-ce qui fonctionne et qu’est-ce qui ne fonctionne pas ? Qu’est ce qui est le plus rentable ? La séparation entre les National Institutes of Health (Instituts nationaux américains de santé [NIH]) et la National Science Foundation (Fondation nationale des sciences [NSF]) fonctionne-t-elle comme prévue ou le système devrait-il être modifié ? Quels types de recherches ne sont pas suffisamment financés et lesquels sont trop financés ?
  8. Le dernier point de cette liste (mais ce n’est en aucun cas une liste exhaustive) est la question de l’éthique. Est-ce que les hommes peuvent utiliser les animaux comme bon leur semble ? Pourquoi les pays européens exigent-ils plus de justifications relatives au rapport éthique entre les coûts et les bénéfices que les Etats-Unis ? Certains animaux sentients méritent-ils plus de considération que d’autres ?

Tout ce qui précède fait partie et n’est qu’une partie du thème général de l’utilisation des animaux en recherche et dans les sciences. Comme nous l’avons fait dans l’essai : « Les modèles animaux ont-ils une valeur prédictive pour l’homme ? » [1], nous ramenons le problème à une seule question à laquelle il est plus facile de répondre, tout en ayant conscience que le sujet en lui-même est beaucoup plus large et que cet essai n’en est qu’un parmi de nombreux.

Normes sociétales

Les philosophies de la vie varient considérablement, particulièrement quand la question de l’utilisation des animaux pour la recherche est concernée. Certains soutiennent que les animaux devraient être utilisés sans considérations relatives à la sentience ou aux préoccupations de la société. Derbyshire est représentatif d’un grand nombre de personnes de la communauté de la recherche fondamentale lorsqu’il affirme :

Au final, on ne peut pas aller dans les deux sens. Ce n’est pas possible de prôner le bien-être animal et, en même temps, de donner à des animaux des médicaments non testés ou des maladies, ou de les découper pour tester un nouveau procédé chirurgical. Les trois R [la notion que le nombre d’animaux utilisés devrait être Réduit, les procédures Raffinées pour diminuer la douleur, et que tous les animaux devraient à terme être Remplacés par des méthodes sans animaux] invitent à porter une attention particulière au bien-être animal, ce qui est à la fois irréaliste et malhonnête. Indépendamment de toute croyance quant à la valeur des animaux, si vous vous engagez dans des activités qui sont invasives ou létales pour les animaux ou si vous contrôlez leur reproduction, leur espace de vie et leurs habitudes, vous exprimez de facto la conviction que les animaux sont suffisamment différents des hommes pour que l’exercice de ces activités soit justifié. Les scientifiques sont désireux de se défendre contre des accusations de cruauté en faisant valoir leur fidélité aux trois R mais ils oublient que la vraie raison d’être de l’expérimentation animale est d’améliorer le bien-être et la compréhension de l’humanité. Améliorer la compréhension de l’homme exige la liberté de faire plus de recherches sur les animaux, et souvent avec des espèces plus complexes, ce qui est incompatible avec un respect constant aux trois R [28].

D’autres soutiennent un autre point de vue. Un sondage effectué par le Pew Research Center (Centre de recherche américain Pew) et l’American Association for the Advancement of Science (Association américaine pour le progrès de la science [AAAS]), diffusé le 9 juillet 2009, révéla que seulement 52 % du grand public non scientifique supportait l’utilisation d’animaux pour la recherche scientifique [29]. (Il faut remarquer ici que la plupart des sondages sur ce sujet, comme le sondage du Pew Research Center et de l’AAAS, ont été élaborés sous une forme dichotomique : « Soutenez-vous ou rejetez-vous l’utilisation d’animaux pour la recherche ? » De tels sondages n’ont ainsi permis aucune flexibilité à la personne interrogée ou aucune nuance dans sa réponse. De notre point de vue, ces sondages ne sont pas suffisamment efficaces, et devraient être utilisés comme des outils reconnus inexacts ou à des fins de suivi. Nous ne nous appuierons pas sur eux ici. Il suffit de rappeler que nous avons besoin de plus de sondages permettant de distinguer les différentes utilisations des animaux dans les sciences et la recherche.) De meilleurs sondages ont posé des questions plus spécifiques et ont révélé systématiquement que la société tolère l’utilisation d’animaux en recherche quand elle pense que cela aboutira à des traitements capables de sauver des vies mais pas quand elle pense que ces recherches sont motivées par la curiosité. Par exemple, en 1999, le MORI a élaboré en collaboration avec le New Scientist un sondage qui fut publié dans le New Scientist le 22 mai 1999 [30]. Quand on demanda aux personnes interrogées si elles étaient favorables à l’utilisation d’animaux, 24 % ont répondu « oui » alors que 64 % ont répondu « non ». Mais les enquêteurs avaient décomposé les questions en plusieurs catégories. Par exemple lorsque les personnes furent interrogées au sujet d’expériences impliquant des souffrances, des maladies ou de la chirurgie à des souris, 61 % étaient contre les utiliser dans le but d’étudier le fonctionnement de l’ouïe, mais seulement 32 % étaient contre les utiliser dans le but de s’assurer qu’un nouveau médicament destiné à soigner la leucémie infantile était sans danger et efficace. Quand les singes remplaçaient les souris, les taux de désapprobation allaient respectivement de 64 % à 75 % et de 32 % à 44 %.

Le paragraphe ci-dessus suggère que des questions plus détaillées en révèlent plus sur l’état d’esprit de la société que de simples questions dichotomiques. Il nous apparaît que plus la société est informée, par des questions plus précises, plus elle est mal à l’aise avec l’utilisation d’animaux sentients pour des recherches non orientées vers un objectif. On peut remarquer que le malaise face à l’utilisation d’animaux atteint son paroxysme lorsqu’il s’agit par exemple de primates non-humains, de chiens et de chats, c’est-à-dire des animaux que la société côtoie au quotidien ou considère comme étant comme nous. Cela soulève de nombreuses questions, parmi lesquelles : « Quelle est l’importance de la recherche fondamentale biomédicale actuelle dans la découverte de nouveaux traitements ? »

Les sociétés construites sur les principes de la soi-disante philosophie occidentale (Les Etats-Unis, l’Europe etc.) semblent être mal à l’aise avec le fait que des animaux soient utilisés en recherche fondamentale , « fondamentale » définissant la recherche non destinée à aboutir à des remèdes. Nous poursuivons ce sujet avec Giles qui écrit dans Nature :

Dans le monde controversé de la recherche animale, une question refait surface encore et toujours : Dans quelle mesure les expériences sur animaux sont-elles des méthodes préparatoires utiles, préalablement aux essais de traitements médicamenteux sur l’homme ? La question est cruciale, parce que l’opinion publique soutient la recherche sur animaux seulement si elle contribue au développement de médicaments plus efficaces. Par conséquent, les scientifiques qui défendent les expériences sur animaux insistent sur le fait qu’elles sont indispensables pour la mise en place d’essais cliniques sans danger, alors que les militants pour les droits des animaux maintiennent avec véhémence qu’elles sont inutiles [31]. (Souligné par les auteurs).

L’Institute for Laboratory Animal Research (Institut américain pour la recherche sur animaux de laboratoire) [[32]a] et d’autres partisans de l’utilisation d’animaux en recherche [33] ont des avis similaires à celui de Giles. Un éditorial paru dans Nature en 2009 renforça l’affirmation ci-dessus : « Les politiques relatives à la recherche sur animaux ont besoin d’être guidées par un sens moral, un consensus entre ce que les gens trouvent acceptables et inacceptables. » [34] Il faut remarquer que cette position est plutôt en désaccord avec ce que l’ancien fervent défenseur des animaux Henry Spira affirmait. Spira pensait que tant que la société considérerait le fait de manger des animaux comme moralement acceptable, elle n’aurait aucun problème avec le fait de faire des expériences sur eux. Ceci est important pour notre discussion car, en faisant cette déclaration, Spira ignorait le fait que nombre des fondateurs des différentes organisations opposées à la vivisection mangeaient de la viande et que les membres actuels de ces organisations font de même. Le commentaire paru dans Nature est plus proche de la réalité. Les gens peuvent être, et sont, incohérents et certaines choses les dérangent plus que d’autres. Telle est la réalité de la vie.

Lorsque le sujet de l’utilisation des animaux pour la recherche est abordé, beaucoup, sinon la plupart des gens dans notre société occidentale acceptent que les animaux sentients méritent de la considération morale et des revues comme Nature le reconnaissent. (Nous avons conscience que la société n’est pas monolithique et que les opinions varient sur presque tous les sujets y compris celui-ci. Néanmoins, à en juger par des sondages et des commentaires de revues scientifiques, il apparaît que les États-Unis et l’Europe, au moins, sont constitués d’individus qui, dans l’ensemble, ne sont pas à l’aise avec le fait que des animaux soient utilisés pour des recherches motivées par la curiosité.) Le rapport coûts/ bénéfices doit être évalué ici, les coûts étant la souffrance d’animaux sentients. Certaines personnes ont évalué ce rapport et ne sont pas à l’aise avec l’utilisation d’animaux en recherche fondamentale mais sont d’accord pour les utiliser d’autres manières. (Il y a un autre coût qui est la rentabilité relative de la recherche fondamentale dans son ensemble, qu’elle utilise des animaux ou non, par opposition à la possibilité d’utiliser le maigre budget alloué à la recherche pour des recherches cliniques ou d’autres domaines de recherche. Cependant, comme ce n’est pas notre sujet, nous laissons cela de côté ici.) C’est ce point de vue, l’analyse des coûts et bénéfices, qui donne de la valeur à la recherche destinée à trouver des remèdes mais pas à la recherche motivée par la curiosité, que nous tiendrons quand nous discuterons de l’utilisation des animaux pour les sciences fondamentales.

Définitions

Comme nous nous intéressons ici à deux concepts, la sentience et la recherche fondamentale, nous allons prendre un moment pour mieux les définir et les décrire. Nous avons déjà fait référence à la recherche fondamentale en tant que recherche qui n’a pas pour but d’aboutir à des remèdes mais nous avons besoin d’étayer cette définition. La recherche fondamentale a également été dénommée recherche scientifique fondamentale, recherche motivée par la curiosité et recherche pure. [32,35-38]. Nous utiliserons l’appellation « recherche fondamentale ». La recherche fondamentale peut être définie de différentes manières et le sens que lui donne les chercheurs lorsqu’ils en parlent varie considérablement. Cependant, la définition suivante est représentative. L’Organisation for Economic Cooperation and Development (L’Organisation de Coopération et de Développement Economique) a défini la recherche fondamentale comme étant :

Un travail expérimental ou théorique entrepris initialement pour obtenir de nouvelles connaissances sur des phénomènes et des faits observables sans aucune application ou usage particulier en vue. Ce type de recherche est souvent entrepris par des scientifiques qui établissent leur propre programme et qui, dans une plus large mesure, organisent leur propre travail [39].

Francis Bacon [40], Claude Bernard [41], et JJ Thompson [42], le découvreur de l’électron, le National Environment Research Council (Conseil national de la recherche sur l’environnement) [38], Braben [43], et d’autres [[32]b], [35] sont d’accord avec la définition ci-dessus. Arthur Kornberg déclara dans un éditorial de la revue Science en 1995 :

On nous exhorte : Faites de la recherche fondamentale stratégique ! Faites de la recherche fondamentale ciblée ! Comment peut-on éclaircir ces termes, par définition contradictoires ? [44].

Alors que la citation précédente n’assure pas que la définition que nous utilisons soit universellement acceptable, elle distingue clairement la recherche appliquée, orientée vers un but qui, de notre point de vue, est synonyme de recherche prédictive, de la recherche qui n’est pas, de par sa nature, prédictive pour l’homme.

Soyons très clairs sur l’importance de la recherche fondamentale en sciences dans l’histoire. Grâce à la recherche fondamentale, un grand nombre de découvertes parmi les plus importantes en physique, chimie et biologie ont vu le jour. La recherche fondamentale a contribué de manière très importante aux progrès scientifiques.

Les découvertes et inventions issues de la recherche scientifique fondamentale comprennent :

  • La découverte de l’ADN
  • Des principes de chimie fondamentale, comme le cycle de Krebs
  • Le tableau périodique des éléments
  • Le spectromètre de masse
  • Les transistors
  • Les circuits électroniques
  • Les rayons X
  • Les électrons, les protons et les neutrons
  • L’énergie nucléaire
  • Les ondes électromagnétiques
  • Les bobines à induction des voitures
  • Le système GPS (Global Positioning Satellite)

Cependant, la recherche fondamentale n’implique pas nécessairement l’utilisation d’animaux sentients. La recherche fondamentale peut s’effectuer en utilisant des animaux non sentients, sur ordinateur, dans un laboratoire de physique ou de chimie, par des expériences de pensée ou de multiples autres façons. Pratiquement toute la recherche fondamentale en chimie et physique (qui a abouti aux découvertes listées ci-dessus) n’implique pas l’utilisation d’animaux sentients et un grand nombre des découvertes les plus importantes qui ont permis de réduire le poids de maladies et de handicaps furent issues de ces deux domaines. Par exemple, la tomodensitométrie (CT-scans), la tomographie par émission de positons (TEP), les radiographies, les rayons cathodiques, les valves électroniques, la cristallographie aux rayons X, la résonnance magnétique nucléaire et les scanners IRM, les implants radioactifs, l’ultracentrifugeuse, les méthodes de préparation d’enzymes et de virus purs, la chimie des hormones, l’électrophorèse de protéines, la chromatographie, la microscopie électronique, la spectroscopie de masse, et beaucoup d’autres, ont tous été les résultats de recherches fondamentales en physique et chimie. Ces découvertes ainsi que la technologie qu’elles représentent ont probablement été plus loin dans le soulagement de la souffrance que la plupart des autres découvertes.

Nous ne sommes en aucun cas en train de remettre en question la valeur de la recherche fondamentale en elle-même dans les sciences en général. (Nous discutons le fait que l’importance relative de la recherche fondamentale dans les sciences biomédicales est en train d’être remise en question en ce qui concerne la somme d’argent qui devrait lui être allouée, par opposition à des recherches plus orientées cliniquement.) Par définition, tout ce qui aboutit à plus de connaissances a de la valeur pour peu que l’on apporte de la valeur à l’acquisition de connaissances. Beaucoup affirment que toute connaissance acquise est importante et personne ne peut nier que, même aujourd’hui, des connaissances sont acquises à partir de l’utilisation d’animaux. Par exemple, des expériences conduites sur des primates non humains sont certainement menées actuellement dans le but d’étudier la neurophysiologie et ne peuvent pas être effectuées sur des êtres humains. Nous reconnaissons que les connaissances scientifiques peuvent progresser et progressent en étudiant des animaux sentients dans les laboratoires. Ce fait n’est pas un point de litige dans cet article. Nous discutons plutôt de la nécessité ou du rapport coûts/bénéfices, tel qu’il est évalué par la société, de l’utilisation d’animaux sentients pour de telles recherches dans les sciences biomédicales.

La recherche fondamentale en biologie a traditionnellement étudié la vie à son degré le plus fondamental ; qu’est-ce que la cellule, de quoi est-elle faite, qu’est-ce qui distingue la vie de l’absence de vie, de quoi sont constituées les choses, etc. En recherche appliquée, les scientifiques veulent généralement produire quelque chose de commercialement viable. La recherche est indubitablement un continuum allant du fondamental à l’appliqué et ce n’est pas toujours facile de mettre un projet de recherche donné dans une catégorie. Mais, en se basant sur les définitions ci-dessus, une chose demeure certaine : La recherche fondamentale ne revendique pas d’applicabilité.

Historiquement, l’utilisation d’animaux en recherche était synonyme de recherche fondamentale. Il était facile de disséquer ou de faire des expériences sur des animaux sans aucun but particulier en tête. Si vous vous intéressiez à un phénomène ou vouliez en apprendre plus sur la vie en général, vous pouviez utiliser des animaux. Par exemple, les recherches de Claude Bernard menées sur des animaux étaient en grande partie de la recherche scientifique fondamentale. Cette approche était grandement efficace lorsque les scientifiques voulaient en savoir plus sur les principes les plus fondamentaux de la vie. Après tout, les singes, les grenouilles, les souris et les êtres humains ont beaucoup en commun. Mais actuellement la recherche et la pratique de la médecine se focalisent sur les différences entre individus humains [45-61] et non sur les points communs entre les humains et d’autres animaux. Ceci a des implications pour notre réflexion.

Le second terme qui nécessite d’être défini est la sentience. Sentient, de même que la recherche fondamentale, peut être défini de différentes manières, parmi lesquelles :

  • Avoir des perceptions sensorielles,
  • La conscience,
  • Faire l’expérience de sensations ou de sentiments,
  • Être réceptif à ou conscient d’impressions sensorielles,
  • Être conscient
  • Être finement sensible aux perceptions et aux sensations,
  • Être capable de faire l’expérience de sensations physiques et probablement  émotionnelles,
  • Avoir la capacité de recevoir des sensations,
  • Être capable d’avoir des perceptions.

Pour les objectifs de cet article, savoir exactement quels animaux sont sentients et lesquels ne le sont pas n’a aucune importance. La plupart des gens seront d’accord avec le fait que les chiens, les chimpanzés et les souris sont sentients et également avec le fait que les drosophiles, les vers et les Cnidaires ne le sont pas. Nous voulons ouvrir un débat pour savoir si la société approuve ou non l’utilisation d’organismes sentients en recherche fondamentale, et non pour établir quels animaux précisément font partie de cette catégorie. La question de savoir précisément quels animaux sont sentients peut être discutée après avoir défini le concept que nous étudions, et elle est en fait déjà examinée dans de nombreux livres et revues.

La question de savoir si la sentience confère de la considération morale a aussi été posée ailleurs et nous renvoyons les lecteurs à ces arguments [62-66]. Très brièvement, de tels arguments soutiennent que la sentience est le seul trait moralement pertinent partagé par tous ceux qui reçoivent actuellement de la considération morale ; donc n’importe quel individu sentient devrait bénéficier de considération morale. Ceci constitue l’argument pour la cohérence morale. Alors que la société elle-même ne peut pas exprimer cet argument pour la cohérence morale, elle a certainement une intuition du concept.

Julius Comroe et Robert Dripps

L’utilisation d’animaux sentients en recherche fondamentale est une branche de la recherche fondamentale en général. Étudier la pertinence de la recherche fondamentale dans la recherche biomédicale est un bon point de départ pour notre discussion.

Susan Hockfield, présidente du Massachussets Institute of Technology (Institut de technologie du Massachussets) a écrit dans un éditorial pour la revue Science :

Les investissements fédéraux américains pour la recherche fondamentale ont transformé la vie et le commerce au 20ème siècle. Ils nous ont envoyés sur la lune et au-delà, ont entrainé des révolutions, aidé à nourrir la planète, réinventé les méthodes de travail, et ont mené la remarquable croissance économique des États-Unis après 1950. Ces avancées, et bien d’autres, sont nées de la convergence de l’ingénierie et des découvertes en sciences physiques du début du 20ème siècle. Les États-Unis peuvent prévoir pour le 21ème siècle de telles innovations, bouleversantes pour le monde, si nous adoptons nos stratégies de financement de manière à tirer parti des nouvelles opportunités émergeant au croisement des sciences de la vie, des sciences physiques et de l’ingénierie.

La recherche fondamentale aux États-Unis a sérieusement commencé après la seconde guerre mondiale. On doit cela, au moins en partie, à l’ingénieur Vannevar Bush, directeur de l’Office of Scientific Research and Development (Bureau de la recherche scientifique et du développement). Bush avait écrit un rapport pour le président Roosevelt déclarant que « de nouvelles connaissances ne peuvent être obtenues qu’à partir de recherches scientifiques fondamentales. » [68]

Ceci marqua un tournant dans le financement de la recherche. Au 19ème siècle, la majorité de la recherche avait été financée par des fonds privés et au 20ème siècle, les investissements des industriels et des gouvernements ont augmenté. Après ce rapport, la recherche financée par le gouvernement, contrairement à la recherche financée par des fonds privés, devint la norme. Au 19ème siècle, on attendait des recherches qu’elles produisent des résultats. Toutes ne le faisaient pas et certaines étaient financées sans objectif de résultats, mais dans l’ensemble les investisseurs attendaient des résultats concrets. Suite à ce rapport, le gouvernement des États-Unis créa en 1950 la National Science Foundation (Fondation nationale des Sciences) qui, depuis lors, finance toujours la recherche fondamentale. (Aujourd’hui, les NIH de même que d’autres agences gouvernementales et œuvres de charité financent également une grande partie de la recherche fondamentale.) Cet accent porté sur la recherche fondamentale traversa l’Atlantique et constitue depuis la norme dans le monde entier.

Est-ce que l’utilité de la recherche fondamentale pour la médecine actuelle a été prouvé ? Tout le monde a des anecdotes, parfois de nombreuses, pour étayer leur opinion que la recherche fondamentale, et plus particulièrement la recherche fondamentale utilisant des animaux sentients, est indispensable aux progrès des sciences médicales. Mais y-a-t-il des données scientifiques pour défendre ce point de vue ? Le point d’honneur mis actuellement sur la recherche fondamentale en médecine, par opposition à la recherche appliquée, est né d’une étude de l’U.S. Defense Department (Département de la défense des États-Unis) publiée en 1967 dans la revue Science, qui concluait que les recherches effectuées avec un objectif en tête était largement plus efficaces pour améliorer une technologie que les recherches effectuées sans objectif en tête, comme par exemple, la recherche fondamentale [69]. Cette étude amena ensuite le président Johnson à déclarer : « Enormément de choses ont été faites dans la recherche fondamentale [en médecine] … mais je pense que le temps est venu de revoir nos objectifs, en essayant de faire en sorte que nos connaissances soient entièrement appliquées… Nous devons être sûrs qu’aucune découverte capable de sauver des vies ne reste enfermée dans un laboratoire [70]. »

Ce point de vue sur la recherche fondamentale, perçu comme négatif, conduit le physiologiste de la respiration Julius Comroe et l’anesthésiste Robert Dripps à élaborer un sondage à propos des découvertes médicales. L’argument classique justifiant la recherche fondamentale provient de cette étude publiée en 1976 [71]. Leur article intitulé « Fondements scientifiques pour soutenir la recherche biomédicale », prétendait que 41 % de tous les articles jugés essentiels aux avancées cliniques ultérieures en médecine cardiovasculaire et pulmonaire et en chirurgie, n’étaient pas orientées vers la pratique clinique au moment où elles étaient conduites et que 62 % des articles déterminants étaient le fruit de recherches fondamentales. Cette affirmation apparut comme la preuve solide que la recherche fondamentale et translationnelle utilisant des animaux étaient capitales pour découvrir de nouveaux traitements, et en fait, de nombreux pays en ont tiré profit, comme le remarquent Grant et al. :

Depuis cette analyse, le soutien à la recherche fondamentale a augmenté dans les pays membres du G7. Au Royaume-Uni, les dépenses du Research Council (Conseil de la recherche) sont passées d’un faible montant de 444 millions de livres (soit 42 % du total de la recherche et développement du secteur civil) en 1991/1992 à 769 millions de livres (soit 61 % du total de la recherche et développement du secteur civil). Bien qu’il serait difficile d’affirmer que Comroe et Dripps furent directement responsables du changement stratégique (ou de la dérive) concernant le type de science soutenue par ceux qui financent la recherche, leurs arguments sont souvent cités (bien que parfois de façon implicite) pour encourager l’augmentation des financements de la recherche biomédicale fondamentale [72].

Une recherche avec PubMed (effectuée le 17 août 2010) fournit 22 citations pour l’article de Comroe et Dripps de 1976. Nous pensons que ce chiffre est très significatif. Notre affirmation que la recherche fondamentale, particulièrement la recherche fondamentale utilisant des animaux sentients, est la norme communément admise pour développer les connaissances qui seront finalement utilisées pour développer des traitements, est confirmée par le faible nombre de références. La valeur de l’étude de Comroe et Dripps n’est simplement pas remise en cause en dépit de l’ampleur de ses conséquences comme l’a noté ci-dessus Grant et al.. C’est seulement récemment [72] que la conclusion de Comroe et Dripps a commencé à être remise en question.

À ce stade, nous commençons à voir une dichotomie dans la manière dont les scientifiques expliquent au grand public l’intérêt de la recherche scientifique fondamentale. A cause de commentaires comme celui de Johnson et d’autres et des grandes avancées de la recherche appliquée, des membres de la communauté de la recherche fondamentale ont commencé à ressentir une pression venant de la société, leur demandant de justifier leurs recherches par d’autres motifs que celui de la connaissance pour la connaissance. Cette rupture avec le passé a des implications directes pour notre discussion. La société laissait déjà entendre qu’il y a des limites à ce qu’elle serait prête à financer en terme de recherche pour la seule connaissance. Nous estimons qu’une grande partie de la recherche fondamentale actuelle est effectuée sous couvert de recherche appliquée parce que cela augmente la potentialité que le projet soit financé par des institutions [2]. Par exemple, Freeman et St. Johnson déclarèrent en 2008 :

On sait que de nombreux scientifiques qui travaillent sur des organismes modèles, y compris nous deux, ont inventé un lien avec une maladie humaine pour accélérer l’acquisition d’une subvention ou la publication d’un article. Cela est juste : après tout, le parallèle est honnête, mais le lien est souvent plutôt indirect [73].

Utiliser des animaux comme modèles causalistes et analogiques [74] ou comme modèles prédictifs n’est pas de la recherche fondamentale, c’est de la recherche appliquée. Le véritable point essentiel semble être pour certains : « Donnez-nous de l’argent pour faire de la recherche fondamentale sur animaux sentients parce que nos recherches sont prédictives pour l’homme » [[2]b]. Lorsque de telles recherches apparaissent comme n’étant en fait pas prédictives, ils affirment cependant : « Notre recherche est de la recherche fondamentale, elle n’est donc pas supposée être prédictive. » Même ceux qui admettent que la recherche fondamentale utilisant des animaux sentients n’est pas prédictive se cachent sous l’affirmation que « les modèles animaux sont prédictifs » pour augmenter leurs chances d’obtenir des financements [[2]b].

(Nous devrions ici faire remarquer que nous ne pensons pas le lecteur-scientifique si naïf qu’il ne comprenne pas ce à quoi nous faisons référence ici. Nous, et nous sommes certains que le lecteur-scientifique aussi, sommes parfaitement conscients que, dans le but d’obtenir des financements d’institutions telles que les NIH, le candidat est sous la pression de montrer que la recherche en question est directement en rapport avec une maladie humaine [observations non publiées]. Le candidat est sous la pression de transformer ce qui a été considéré comme étant de la recherche fondamentale en recherche appliquée. Les problèmes liés à cette situation sont nombreux, cependant ils ne font pas partie de nos considérations présentes. Il nous suffit de dire que nous tentons ici d’utiliser des mots et des formules, telles que recherche fondamentale, avec des significations cohérentes avec la réalité et non avec le sens qui leur est attribué dans les procédés de financement.)

Comroe et Dripps s’enthousiasmaient pour la recherche fondamentale et  l’expérimentation animale. Ils avaient critiqué l’administration du président Johnson pour s’être exprimée en faveur de la recherche appliquée plutôt que de la recherche fondamentale. Ils critiquèrent également les premiers chirurgiens ayant effectué une transplantation cardiaque pour ne pas avoir déclaré publiquement que l’opération, selon eux, fut possible uniquement grâce à l’utilisation préalable d’animaux en recherche fondamentale [71,75-77]. Comroe avait également écrit une critique sur les progrès médicaux affirmant que toutes les découvertes majeures avaient été le résultat de recherches fondamentales impliquant des animaux [76,77]. Comroe critiquait également la recherche clinique :

Ne vivons pas dans la peur constante de la grande déesse Randomisation [la recherche clinique], son appétit est immense, et, nourrie continuellement, elle pourrait consommer la majeure partie des dollars et du personnel alloués à la recherche dans ce pays, et même voler la vie à des patients [78].

La déclaration précédente est toujours citée pour rappeler que beaucoup dans l’histoire ont eu, et ont toujours, du dédain pour la recherche clinique. Silverman in 2004 :

À l’époque du débat de 1969 [concernant les niveaux optimaux d’oxygène pour les bébés prématurés], j’ai trouvé difficile de comprendre pourquoi ceux qui s’exprimaient contre un essai contrôlé et officiel gagnèrent le débat « sur les méthodes » si facilement (la puissance des essais randomisés et contrôlés avaient été fermement et largement établis suite aux célèbres essais cliniques effectués en Grande Bretagne dans les années 1940 et 1950). Mais j’avais sous-estimé l’influence de la contre-offensive menée aux États-Unis par d’éminents chercheurs tournés vers la recherche de laboratoire. Par exemple, un leader célèbre écrivit…

Ici, Silverman cite Comroe (la citation de la « grande déesse Randomisation » relatée précédemment) et continue :

Ces commentaires méprisants à propos de l’utilisation de méthodes statistiques dans les études cliniques rappelaient la dérangeante division de points de vue concernant la manière avec laquelle la profession médicale devait résoudre les problèmes naissant dans les cliniques [79].

Comroe et Dripps interrogèrent la « communauté scientifique » pour déterminer quelles découvertes étaient importantes. Ils envoyèrent un certain nombre de sondages (environ la moitié d’après certains) à des scientifiques effectuant des expériences de science fondamentale. Sans surprise, ces scientifiques conclurent que les études de recherche fondamentale effectuées sur animaux avaient été inestimables. Comme l’assistant d’édition d’alors et futur éditeur du British Medical Journal le remarqua, le rapport laissa complètement de côté la découverte clinique des effets du tabac sur les maladies cardiaques et pulmonaires bien que cette relation de cause à effet fut « l’élément le plus important pour la plupart des médecins traitant les troubles des poumons et du cœur. » [80] (souligné par les auteurs) Les cliniciens, selon toute vraisemblance, n’auraient pas laissé de côté cette découverte, accordant du crédit à l’idée que Comroe et Dripps favorisèrent les chercheurs en recherche fondamentale quand ils envoyèrent leur sondage.

Le rapport de Comroe et Dripps est toujours cité comme essentiel par ceux qui souhaitent justifier l’utilisation d’animaux sentients en recherche fondamentale. (Les auteurs savent d’expérience que ces discussions ont lieu habituellement en dehors de la littérature scientifique, ce qui explique également le faible nombre de citations obtenu pour l’article de Comroe et Dripps.) Cependant, ce rapport fut (en 1987, Smith remit en question leurs conclusions [80]), et il l’est toujours, critiqué par de nombreux scientifiques et cliniciens pour des erreurs de méthodologie et des partis pris. Dans quelle mesure peut-on se fier à l’analyse de Comroe et Dripps ? Grant et al. observent qu’à cause de lacunes méthodologiques, le travail de Comroe et Dripps

… ne répondrait probablement pas aux normes actuelles de révision par les pairs. Comme Farrar l’observa, les problèmes méthodologiques comprenaient : « … un manque de clarté quant aux personnes interrogées, quant à la façon dont les avancées cliniques étaient évaluées et quant aux critères définissant ce qu’était un article clé. » [81]

Grant et al. conclurent qu’il faut environ 17 ans pour qu’une recherche fondamentale ait un impact clinique. Plus important :

En utilisant le protocole bibliométrique mis à jour, nous avons montré dans cette étude qu’… entre 2 % et 21 % de la recherche était de la recherche fondamentale. Cela corrobore les résultats de l’étude sur les directives médicales qui montra que … seulement 8 % de la recherche était fondamentale. Ces deux résultats vont à l’encontre du résultat de Comroe et Dripps montrant que 40 % de tous les articles de recherche jugés essentiels à des avancées cliniques ultérieures n’étaient pas orientés vers la recherche clinique au moment de l’étude. Ces nouvelles données ébranlèrent ainsi les preuves initiales qui, dans le passé, encouragèrent l’augmentation des financements pour la recherche fondamentale. [[72]b]

Grant et al. conclurent que l’étude de Comroe et Dripps n’était « pas reproductible, fiable ou valable [82]. » Des mots réellement forts. De plus, Grant et al. ne se sont pas demandés si les découvertes en sciences fondamentales qui jouèrent un rôle important dans l’histoire et impliquèrent l’utilisation d’animaux sentients auraient pu être effectuées sans utiliser d’animaux. Pour quelqu’un qui analyse l’importance d’utiliser des animaux sentients (ce qui n’était pas le cas de Grant et al.) ce point n’est pas sans importance.

Plus récemment, d’autres se sont également interrogés sur le taux de conversion de la recherche fondamentale en traitements cliniques utiles. En 2003, Contopoulos-Ioannidis et al. ont quantifié le taux de conversion des recherches fondamentales « très prometteuses » en applications cliniques. Ils publièrent une étude dans l’American Journal of Medicine qui révéla que sur 101 articles de recherche fondamentale publiés dans les revues de renom Nature, Cell, Science, le Journal of Biological Chemistry, le Journal of Clinical Investigation, et le Journal of Experimental Medicine entre 1979 et 1983, vingt-sept menèrent à des essais cliniques randomisés et seulement cinq donnèrent finalement lieu à une application clinique autorisée [83,84]. Ils conclurent que « [m]ême les découvertes les plus prometteuses de la recherche fondamentale mettent beaucoup de temps à se traduire en expérimentation clinique, et que l’adoption dans la pratique clinique est rare [83]. »

Contopoulos-Ioannidis et al. cherchèrent en fait tous les articles publiés entre 1979 et 1983 dans les revues citées précédemment, soit un total de 25 000. Crowley commenta cela :

Sur les 25 000 articles recherchés, environ 500 (2 %) pouvaient potentiellement prétendre à une future application chez l’homme, environ 100 (0,4 %) donnèrent lieu à un essai clinique et, d’après les auteurs, un seul (0,004 %) conduisit au développement d’une catégorie de médicaments utiles à la médecine clinique (les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine) dans les 30 années suivant la publication de leur découverte en science fondamentale. Ils trouvèrent également que le soutien d’industries augmentait de huit fois la probabilité de conversion d’une découverte fondamentale en essai clinique. De même, sans tenir compte des limites de l’étude, et même si les auteurs ont sous-estimé la fréquence de conversion fructueuse en application clinique de 10 fois, leurs résultats suggèrent fortement que, comme la plupart des observateurs le suspectaient, le taux de transfert de la recherche fondamentale en application clinique est très bas [85]. (Souligné par les auteurs.)

Les constats ci-dessus mettent sérieusement en doute la capacité de la recherche fondamentale à trouver des traitements et des remèdes.

L’Institute for Scientific Information (Institut américain pour l’information scientifique [ISI]) a étudié les taux de citation d’articles publiés dans des revues indexées par l’Institut entre 1981 et 1985 et trouva que 55 % de la totalité des articles n’étaient pas cités dans les cinq ans suivant leur publication [86]. Les revues que l’ISI indexe sont uniquement des revues classées en tête de liste. Les articles publiés dans des revues de rangs inférieurs ne sont pas susceptibles de recevoir autant de citations que ceux publiés dans les revues classées en tête. Donc le chiffre de 55 % serait probablement très élevé si la totalité des revues était considérée. L’ISI trouva également que le taux d’auto-citation était de 5 % à 20 % du total des citations. Le nombre de revues (scientifiques et non scientifiques) s’élève aujourd’hui à 108 000 [86].

Les résultats actuels issus de plusieurs années d’importants financements pour la recherche fondamentale sont en train de forcer certaines personnes du milieu de la recherche à admettre l’échec de la recherche fondamentale à tenir ses promesses [87]. La médecine translationnelle, largement issue de cette prise de conscience, est devenue une expression beaucoup plus fréquente dans la littérature médicale. Ioannidis, écrivant dans le Journal of Translational Medicine, présente un bon exemple de cet état d’esprit : « Il y a des preuves considérables que le taux de conversion des promesses majeures des sciences fondamentales en applications cliniques a été inefficace et décevant [88]. »

Comment le progrès est-il mesuré ?

Grant et al. exprimèrent les attentes liées au financement de la recherche lorsqu’ils affirmèrent :

Le Royaume-Uni dépense plus de 1 600 millions de livres par an pour la recherche dans le domaine des services de santé et du biomédical non-commercial. Cette recherche est financée soit à partir de l’argent public, tels que le NHS et le Medical Research Council (Conseil de la recherche médicale), ou par des œuvres de charité destinées à la recherche médicale, tel que le Wellcome Trust. L’accord tacite est que la recherche médicale soutenue par ces institutions conduise au final à une amélioration de la santé [89]. (Souligné par les auteurs.)

Beaucoup se sont cependant demandés si ces financements étaient redirigés de façon adéquate et demandent des critères objectifs pour mesurer la source du progrès dans la pratique médicale [89-93].

Le président sortant Dwight Eisenhower semblait lire dans l’avenir quand il avertit lors de son dernier discours en tant que président que le complexe militaro-industriel exerçait trop d’influence sur les politiques de l’Amérique. L’expression complexe militaro-industriel (signifiant le mariage de l’armée avec l’industrie en général dans le but d’obtenir de l’argent du gouvernement pour financer des projets souhaités par l’armée) existe depuis toujours et actuellement presque tout le monde comprend ce que cela signifie. Ce qui a été oublié du discours d’Eisenhower ce jour-là est le fait qu’il donnait les mêmes avertissements contre l’influence du gouvernement sur la recherche scientifique [94]. Un avertissement/une analyse similaire à propos du financement de la recherche par le gouvernement est présenté dans Nature en 2008 :

Il y a une disparité croissante au sein de la biomédecine. Dans un certain sens, ce domaine est en train de vivre un âge d’or : la quantité de recherches fondamentales est en train d’exploser et les budgets sont de loin beaucoup plus élevés qu’ils ne l’étaient il y a vingt ans. Cependant, l’impact de ces recherches grandit à un taux bien plus modeste : les nouveaux remèdes et thérapies sont toujours plus chers à développer et leur rareté sur le terrain est inquiétante [95].

Les NIH sont vigoureusement critiqués parce qu’ils financent la recherche fondamentale à la place de recherches plus orientées vers un but [87, 96-98]. De grandes avancées en recherche fondamentale n’ont pas pour conséquences les progrès correspondant à l’objectif déclaré des NIH, qui est « de réduire les poids de la maladie et du handicap [99] ». De 1998 à 2003, le budget des National Institutes of Health a doublé. La demande de budget de 2004 fut de 27,9 milliards de dollars. Il est estimé que 70 % du budget des NIH alloué à la recherche va aux sciences fondamentales [97,98]. Le pourcentage au Royaume-Uni est à peu près le même [100] et des chiffres plus récents suggèrent que le ratio n’a pas changé [101-104].

Mais en dépit de ces importantes rentrées d’argent, le nombre de nouvelles entités chimiques, les fruits supposés de la recherche fondamentale, est passé de 14 % de chance de réussir à entrer en phase I d’essai clinique à 8 % de chance d’atteindre le marché [103]. En se basant sur les conclusions de Contopoulos-Ioannidis et al. [83] et Grant et al. [72], on peut remettre en question le large pourcentage de fonds alloués à la recherche fondamentale, dont les résultats sont responsables d’un si faible pourcentage d’avancées en médecine clinique. Selon Chalmers :

La recherche fondamentale et la recherche appliquée sont toutes deux nécessaires pour trouver de nouveaux moyens de protéger la santé, mais le déséquilibre de longue date concernant le financement de ces deux vastes domaines de la recherche biomédicale ne peut pas être défendu à la lumière de leurs résultats respectifs [105]. (Souligné par les auteurs.)

En 2003, JAMA publia un rapport préparé par une Table ronde sur la Recherche Clinique (TRC) à l’Institute of Medecine. L’Institute of Medecine à la National Academies of Science organisa une Table ronde sur la Recherche Clinique en 2000 pour analyser les réussites de la recherche fondamentale. Ils rapportèrent en 2003 qu’il y avait une « déconnexion entre les promesses de la recherche fondamentale et l’amélioration de la santé [102]. » Rosenberg fit écho à la TRC lorsqu’il qualifia « d’illusion » l’idée que l’augmentation des publications scientifiques et de l’information sur les maladies ont pour résultat une amélioration de la santé humaine [104] La TRC pointa également du doigt le fait que la recherche clinique recevait environ la moitié de l’argent que recevait la recherche fondamentale [102], ce qui est cohérent avec le chiffre de 70 % du budget alloué à la recherche fondamentale cité précédemment. De façon similaire, un groupe de travail formé par la United Kingdom-based Academy of Medical Sciences (l’académie des sciences médicales basée au Royaume-Uni) se déclara préoccupé du fait que la recherche clinique, incluant de larges essais cliniques, des études de cohorte et des méta-analyses, soit ignorée en faveur de la recherche en laboratoire [106].

Ioannidis s’est interrogé sur la capacité de la recherche fondamentale à donner lieu à des traitements plus efficaces. Ioannidis s’est intéressé aux modèles animaux et aux attaques cardiaques. Une étude conclut que sur 1 026 molécules chimiques testées sur animaux, celles choisies pour entrer en essai clinique n’étaient pas significativement différentes en termes d’effet sur la taille de l’infarctus de celles qui n’étaient pas choisies, [108]. En d’autres termes, les résultats issus des études sur animaux n’étaient pas informatifs pour décider de passer ou non à l’étape des essais cliniques. Ioannidis affirma ensuite : « La médecine qui s’appuie sur des preuves ne semble pas avoir pénétré les sciences fondamentales et précliniques, alors que les recherches fondamentales et précliniques sont souvent effectuées dans un vide clinique et méthodologique. » [107]

Il y a clairement un grand fossé entre l’estimation froide des promesses actuelles de résultats de la recherche fondamentale et la rhétorique destinée au public et aux législateurs utilisée par la communauté scientifique soutenant les animaux comme modèles d’études. Par exemple, selon Sigma Xi : « Mettre fin à la recherche sur animaux signifierait éteindre notre plus grand espoir de découvrir des traitements qui nous échappent encore. [109]

Recherche fondamentale et utilisation d’animaux sentients

Tout ce qui a été dit précédemment doit être replacé dans le contexte de la recherche fondamentale qui utilise des animaux sentients. Si on peut remettre en question la recherche fondamentale dans les sciences de la vie pour sa capacité à trouver des remèdes, qu’en est-il de la pratique discutable consistant à utiliser des animaux sentients en recherche fondamentale ? Comme le dit Rothwell :

L’environnement financier actuel est difficile pour les universités du Royaume-Uni. Dans ce contexte, seules des augmentations substantielles de financements à destination de recherches orientées vers la pratique, de préférence des financements globaux, les persuaderont de prendre plus au sérieux les besoins de recherche du NHS. Les arguments intellectuels et économiques sont puissants, et les bénéfices potentiels immenses. En effet, la plupart des développements thérapeutiques majeurs des quelques dernières décennies ont été dus à de simples innovations cliniques, accompagnées d’avancées en physique et en ingénierie, plutôt qu’à des recherches médicales en laboratoirePar exemple, les bénéfices des progrès en chirurgie pour la médecine clinique, tels que la pose de prothèses articulaires, l’opération de la cataracte, les traitements endoscopiques des maladies gastro-intestinales ou urologiques, les interventions endovasculaires (par exemple, l’angioplastie coronarienne et périphérique/la pose d’endoprothèses (stents) ou l’occlusion par coiling endovasculaire des anévrismes cérébraux), la chirurgie mini invasive, et la neurochirurgie stéréotaxique, pour en nommer quelques-uns, ont été inestimables. Cependant, seulement une fraction de la recherche non financée par l’industrie a été axée sur de telles innovations cliniques. S’il en avait été autrement, combien d’autres auraient pu voir le jour ? [93] (souligné par les auteurs.)

Rothwell poursuit en disant que l’échec de la recherche fondamentale peut être en grande partie attribué à l’utilisation de modèles animaux. Il n’est pas le seul. Sydney Brenner qui obtint le prix Nobel pour ses recherches sur Caenorhabditis elegans recommandait qu’il y ait plus de recherches utilisant Homo sapiens et appelait Homo sapiens « l’organisme modèle ». [110]

Même les médias ont reconnu l’absence de connexion entre recherche fondamentale et traitements. Sharon Begley, écrivit dans le Wall Street Journal :

« Les patients, » déclare l’immunologiste Ralph Steinman de l’Université Rockefeller de New York, « ont été trop patients avec la recherche fondamentale. » … De nombreux scientifiques parmi les plus brillants se sont plongés dans l’étude minutieuse des gènes des ascaris et des récepteurs des drosophiles, au lieu d’étudier les maladies humaines. « La plupart de nos meilleurs scientifiques travaillent sur des animaux de laboratoire et pas sur des êtres humains, » déclare le Dr Steinman qui présente son cas dans une nouvelle publication de la revue Cerebrum. « Mais cela n’a pas mené à des remèdes ni même significativement aidé la plupart des patients. »…  « Les expériences sur l’homme consomment beaucoup plus de temps et sont beaucoup plus difficiles que les études sur animaux, » déclare James Krueger de l’Université Rockfeller dont les recherches sur l’homme tentent notamment de corréler l’activité de gènes et les changements des cellules du système immunitaire avec la progression du psoriasis. « Il y a aussi des problèmes liés au financement. Rédiger une demande de bourse pour des expériences sur animaux est plus facile et a plus de chance d’aboutir. Les animaux sont homogènes, et vous permettent de dire « aha ! » à partir d’une expérience propre et soignée. » Les êtres humains, en revanche, présentent plus de diversité génétique et comportementale, rendant difficile de dire si tel aspect de leur maladie reflète la seule maladie, leur ADN, leur manière de vivre, ou quelque superposition compliquée des trois [98].

Il est difficile de dire quel pourcentage de la recherche fondamentale biomédicale implique des animaux sentients parce que d’après l’Animal Welfare Act (Loi américaine sur le bien-être animal), les rats, les oiseaux et les souris ne doivent pas être comptabilisés. La meilleure estimation que l’on puisse trouver date d’une publication de 1985 du Comitee on Models for Biomedical Research (Comité sur les modèles pour la recherche biomédicale), du Board on Basic Biology (Bureau de la biologie fondamentale) (voir la figure 1 [111]). (Malgré le financement public des NIH, des chiffres plus récents ne sont pas disponibles.) [Tableau 1]

Il apparaît qu’en moyenne 50 % ou plus des dollars de la recherche extra-murale des NIH étaient consacrés à des recherches impliquant des animaux sentients. D’après le tableau, au moins 45 % étaient consacrés à des recherches sur mammifères (la plupart des gens considèrent que les mammifères sont sentients et beaucoup considèrent même que tous les vertébrés sont sentients [112-123]) et 30 % à des recherches impliquant d’autres animaux, incluant des vertébrés non mammifères et d’autres (il semble que la plupart des gens pensent qu’au moins certains de ces animaux sont sentients). En supposant que certains vertébrés non mammifères sont sentients, alors le total dépasse largement 50 %. En se basant sur ces chiffres et sur les prédispositions des NIH à financer la recherche fondamentale, il apparaît possible qu’au moins 50 % du financement extra-mural furent destinés à des recherches fondamentales impliquant des animaux sentients.

En 1997, il était estimé qu’entre 18 et 22 millions d’animaux furent utilisés pour la recherche fondamentale biomédicale aux États-Unis et qu’environ 85 % des animaux utilisés étaient des souris, des rats et des oiseaux [124]. Avec le recul, cela fut probablement une grosse sous-estimation. Dans tous les cas, aux alentours de l’an 2000, cette estimation avait grossi. Un rapport préparé par la Library of Congress Federal Research Division (Division de la recherche fédérale de la bibliothèque du congrès) estima que le nombre de souris, de rats et d’oiseaux utilisés chaque année aux États-Unis (dans tous les domaines) était supérieur à 500 millions [125]. Le nombre exact d’animaux utilisés pour la recherche est aujourd’hui, comme c’était le cas en 1997, inconnu mais l’augmentation exponentielle de l’utilisation d’animaux transgéniques et même seulement de lignées de souris génétiquement modifiées suggère que ce chiffre doit être très important. Madhusree Mukerjee, un ancien éditeur de la revue Scientific American, affirma que plus de 100 millions de souris transgéniques étaient utilisées en 2004 [124]. Cinq cent millions pourraient en fait être un chiffre inférieur au nombre réel. Est-ce que cette augmentation apparemment très importante de l’utilisation d’animaux a apporté des améliorations significatives ou des avancées majeures dans le traitement des maladies humaines ? Apparemment non. Ceci a des implications pour notre discussion sur l’utilisation d’animaux sentients en recherche fondamentale.

Tableau 1

Distribution des financements des NIH à des recherches extramurales  menées sur des humains, des mammifères de laboratoire et d’autres sujets de recherche, exprimés en pourcentages du total de la somme allouée en dollars et en pourcentages du total des projets et sous-projets. a

Sujet Année fiscale de recherche  ExtramuralDollars, % Total des projets et sous-projets, %
Humains 1977 27,5 32,4
1978 26,8 31,2
1979 26,8 29,2
1980 25,0 28,9
1981 23,8 29,7
1982 23,2 31,5
1983 22,9 32,2
Mammifères 1977 43,5 41,9
1978 44,0 42,5
1979 44,9 43,8
1980 45,0 44,2
1981 47,3 44,1
1982 48,1 43,5
1983 47,9 42,7
Autres b 1977 29,4 25,6
1978 29,3 26,3
1979 28,2 27,0
1980 29,8 26,9
1981 28,9 26,0
1982 28,7 25,0
1983 29,2 25,1

Information non publiée fournie par la Division of Research Resources (Division des ressources sur la recherche, National Institutes of Health (Instituts nationaux de santé).

Cette catégorie comprend les invertébrés, non-mammifères vertébrés, bactéries, virus, simulations mathématiques et informatiques et d’autres sujets.

Objections possibles

Lorsqu’on discute des questions précédentes avec des chercheurs utilisant des animaux sentients, plusieurs objections ressortent :

  1. Il est très difficile de découvrir quelque chose de nouveau, et décrire cela comme étant « inefficace » implique qu’il y ait une façon plus efficace de le faire. C’est faux. Nous devons utiliser des animaux.

Ceci est fallacieux pour plusieurs raisons. Premièrement, la simple découverte de quelque chose de nouveau ne veut pas dire que cette découverte aura de quelconques conséquences en termes de traitement des maladies humaines. De nouvelles découvertes ont lieu chaque jour mais, comme le montrent les études ci-dessus, cela n’équivaut pas à de nouveaux traitements. Deuxièmement, il y a de nombreuses façons de faire de la recherche fondamentale et de la recherche destinée à en apprendre plus sur les propriétés fondamentales des organismes vivants tels que les êtres humains. L’utilisation de tissus humains semble être une très bonne méthode et a largement prouvé qu’elle permettait d’améliorer les connaissances sur l’homme.

Troisièmement, peut être que l’analogie la plus accablante de l’inefficacité de la recherche fondamentale utilisant des animaux sentients est celle du jeu des perles de verre, popularisée dans le livre du même nom de Herman Hesse. Horrobin a récemment écrit un article à propos de ce sujet spécifique. Il y aborde notamment le sujet de l’utilisation des animaux pour la recherche de connaissances sur les réactions humaines aux médicaments et aux maladies.

Une merveilleuse métaphore concernant une grande partie de la recherche médicale et pharmaceutique moderne peut être puisée dans le livre intitulé Le Jeu des Perles de Verre de Herman Hesse. Dans cette histoire, les leaders du monde réel conspirent avec les savants les plus brillants pour créer un état magique à l’intérieur de l’état, le monde isolé de Castalia. Castalia recrute les jeunes personnes les plus réfléchies et instruites, les éduque merveilleusement bien, et les persuade que le plus grand exploit que l’esprit humain puisse atteindre est de jouer au « jeu des perles de verre », un jeu très subtile et à la complexité quasi infinie, un jeu intellectuel digne des Jeux Olympiques qui défie et pousse les personnes les plus exceptionnelles à se surpasser. L’univers de ce jeu est admirablement raffiné et possède une logique intrinsèque. Les seuls problèmes viennent du fait que Castalia n’a pratiquement aucun contact avec le monde réel, et que participer au jeu ne contribue en rien à la résolution des problèmes du monde réel [126].

L’utilisation d’animaux sentients en recherche fondamentale nécessite de nombreuses ressources. Les financements qui pourraient être attribués ailleurs, et les chercheurs eux-mêmes, constituent des produits consommés.

Quatrièmement, la question rassemble tous les types de recherche fondamentale. La recherche fondamentale en physique, par exemple, est difficile et la meilleure façon de faire de nouvelles découvertes est certainement de faire de la recherche fondamentale de façon traditionnelle. Mais ceci n’implique pas que la découverte de nouvelles choses sur l’homme puisse ou doive être accomplie en utilisant des animaux sentients en recherche fondamentale.

Et finalement, l’affirmation que nous ne pouvons pas le faire d’autres façons est comparable au pari de Pascal. « Qu’est-ce que nous avons à perdre en utilisant des animaux ? » La réponse est que nous perdons ce que la société pourrait recevoir de recherches utilisant des méthodes de recherche fondamentale n’impliquant pas d’animaux sentients ; les tissus humains, la recherche in silico, les puces à ADN, etc. En se basant sur tout cela, il semble que la société a potentiellement plus à gagner des méthodes sans animaux que de celles les utilisant.

  1. Votre définition de la recherche fondamentale est fausse. La recherche fondamentale est orientée vers un but.

En nous basant sur la définition avec laquelle nous avons commencé notre article, nous réfutons poliment cette objection. Mais si la recherche fondamentale est synonyme d’atteindre des objectifs alors cela nous ramène à l’utilisation des animaux en tant que substituts à l’homme. Nous invitons encore le lecteur à consulter un article précédent [1] et un livre [2] qui abordent ce sujet en détails. Si par but nos critiques veulent dire augmenter la quantité de connaissances sur le monde, alors cela est une tautologie inutile.

  1. La société accepte d’utiliser des animaux pour se nourrir, donc s’opposer à l’utilisation d’animaux pour la recherche est incohérent.

Nous avons évoqué ce sujet lorsque nous avons discuté de l’argument de Spira mais nous allons entrer davantage dans les détails ici. Nous ne nous opposerons pas à la critique en ce qui concerne l’incohérence de la société. En fait, la société a été incohérente de nombreuses façons et de nombreuses fois. Si la société et le gouvernement attendaient d’être cohérents, jamais rien ne changerait. Cependant, notre point de vue est qu’il y a, parfois, des choses auxquelles des membres de la société, en nombre suffisant, s’opposent et par lesquelles ils sont suffisamment dérangés, qui nécessitent du changement, indépendamment des autres incohérences que cela implique. Un exemple évident est l’abolition de l’esclavage dans le sud profond des États-Unis alors qu’on refusait simultanément le droit de vote à la plupart des noirs et des femmes. Alors que l’éradication d’un plus grand mal ne devrait pas être utilisée pour autoriser la perpétuation d’un moindre mal, c’est en fait souvent le cas. Cependant, il est tout aussi important de remarquer que le processus de correction est fréquemment itératif et que, par conséquent, il se fait par une série de changements dans le temps.

Il n’en reste pas moins que la société valorise certaines ressources, parmi lesquelles certaines ne sont même pas sentientes. L’arbre Taxus brevifolia de la famille des ifs en est un exemple parmi d’autres. Le Taxol, un médicament contre le cancer, était initialement dérivé de cette espèce d’if qui était menacée. Cette utilisation a donc provoqué beaucoup de débats dans la société, opposant la valeur de cet arbre et son extinction possible versus son utilisation pour traiter le cancer. Robert Holton de la Florida State University et Bristol Meyers ont résolu le problème en découvrant une façon d’utiliser l’if commun Taxus baccata de manière à extraire un composé chimique pouvant ensuite être modifié pour obtenir la molécule active. Actuellement, le médicament est produit à partir de culture cellulaire.

Mais avant ces avancées, le sujet était tellement controversé que le Native Yew Conservation Council (Conseil pour la conservation de l’if indigène [YewCon]) fut créé dans les années 1980 pour régler le problème. Certains ont comparé le fait de prélever l’arbre avec celui d’exterminer le bison [127-129]. (Pour information, les auteurs ne sont pas d’accord avec l’idée de donner plus de valeur aux plantes qu’aux patients atteints d’un cancer, mais cela illustre simplement le fait que différents groupes de la société ne valorisent pas les choses de la même façon et que la société dans son ensemble peut valoriser quelque chose que des individus ne valorisent pas.)

  1. La recherche clinique utilisant des êtres humains présente également des défauts, puisque fréquemment, les principes fondamentaux sous-jacents aux maladies ne sont pas connus.

D’accord. Mais cela suppose qu’on ne peut apprendre les principes fondamentaux qu’en utilisant des animaux, et non des tissus humains.

  1. Toute recherche se construit sur des recherches précédentes qui ont utilisé des animaux, donc les animaux ont été indispensables à toutes les découvertes faites jusqu’à maintenant.

C’est faux. Juste parce que A a précédé B ne veut pas dire que A est à l’origine de B. Il y a une différence entre le fait que les animaux soient nécessaires à une avancée et le fait qu’ils soient simplement suffisants pour cette avancée. Nous avons abordé ce point quand nous avons parlé des questions supplémentaires devant être posées. De plus, même s’il est prouvé que des animaux utilisés pour des recherches fondamentales ont été indispensables dans le passé, cela ne veut pas dire que c’est le cas aujourd’hui grâce à toutes les nouvelles technologies et avancées scientifiques. Si ceux qui nous critiquent veulent prendre ce chemin, alors c’est à eux de prouver que les animaux sont actuellement indispensables.

  1. Indépendamment du nombre de découvertes majeures du passé qui ont dépendu des animaux, il y en a eu, et celles-là seules justifient l’utilisation d’animaux sentients en recherche fondamentale.

Il est irréfutable que certaines découvertes du passé ont vu le jour grâce à l’utilisation d’animaux sentients. Cependant, cette objection ne prend en considération, ni les connaissances et technologies actuelles qui sont disponibles aujourd’hui et qui ne l’étaient pas par le passé, ni les différences entre les questions qu’on se posait dans le passé et celles qu’on se pose aujourd’hui, ni la probabilité de trouver des traitements à partir de l’utilisation d’animaux par rapport à d’autres méthodes, et ni la valeur que la société accorde actuellement aux animaux sentients par rapport à des siècles ou même des décennies en arrière.

  1. Quand Thomas Edison était interrogé sur tous les échecs qu’il avait eus en essayant de créer une ampoule, il dit, soi-disant, qu’il n’avait pas échoué 100 fois (ou 1 000 fois, les sources varient sur le nombre exact) mais qu’il avait réussi à trouver 100 façons de faire qui ne marchaient pas et que lorsqu’il eut éliminé les façons de faire qui ne marchaient pas, il trouva celle qui fonctionnait. Voici ce qu’est la recherche fondamentale.

C’est une mignonne petite histoire et elle est même peut-être vraie (une nouvelle fois, les sources varient), mais cela n’a absolument rien à faire avec notre discussion. Premièrement, Edison ne dépensait pas des ressources que la société valorisait au-delà de leur valeur monétaire. La société accorde plus de valeur aux enfants qu’au jus d’orange et plus aux plantes menacées qu’à celles qui ne le sont pas. La société a une hiérarchie de valeurs. Les scientifiques peuvent dépenser des ressources qui n’ont quasiment aucune valeur, ou très peu pour la société, comme des produits chimiques ordinaires, si par miracle quelque chose pouvait en ressortir. Mais la société exige que les chercheurs ne puissent pas dépenser, en toute impunité, des ressources auxquelles elle accorde de la valeur. La société accorde de la valeur aux animaux sentients plus qu’aux matériaux inorganiques.

Deuxièmement, Edison consacrait son propre temps et ses propres fonds, et utilisait des ressources que la société jugeait ne pas avoir de valeur intrinsèque. Par conséquent, la société n’avait absolument aucune raison légitime de critiquer Edison par rapport à tout ce qui a été évoqué précédemment. Troisièmement, la société ne finançait pas Edison plutôt que d’autres options. Quatrièmement, Edison n’avait fait aucune promesse à la société en échange de ses ressources. À cet égard, ces échecs étaient largement sans importance.

Alternatives

Il n’y a rien de scientifiquement sacré concernant l’utilisation d’animaux sentients en recherche fondamentale. Néanmoins, à chaque fois que l’on pose la question de l’efficacité d’un tel usage, on doit faire face à la question inévitable : « Comment pourrons-nous faire de la recherche fondamentale sans utiliser d’animaux sentients ? » Si cette question n’était pas posée sérieusement, on pourrait suspecter du cynisme de la part de celui qui la pose. Mais celui-ci est sérieux, donc nous allons très brièvement présenter d’autres méthodes disponibles pour la recherche fondamentale.

  • La longue tradition de l’étude de la chimie et de la physique a mené à des découvertes sans lesquelles nous serions aujourd’hui encore en train de pratiquer une médecine datant du 19ème siècle environ. La recherche fondamentale en ingénierie et en sciences physiques a mené à des avancées historiques dans le domaine des technologies.
  • La recherche in vitro utilisant des tissus humains.
  • Des bactéries, des virus, des champignons peuvent être étudiés de manière à découvrir des propriétés fondamentales sur les cellules et les gènes. Des recherches utilisant des organismes non sentients, moins complexes, comme Drosophilia, sont à l’origine de la totalité du domaine de l’évo-dévo (Évolution et développement). Comme nous l’avons mentionné, d’autres organismes pouvant être étudiés incluent E. coli, C. elegans, Brassica rapa, Saccharomyces cerevisiae, Phage Phi-X174, Dictyostelium discoideum. Ceci n’étant qu’une liste très partielle.
  • Les autopsies pourraient être financées en tant que recherches fondamentales car les autopsies ont historiquement mené à de nombreuses découvertes et faits inattendus sur le corps humain. De nouvelles connaissances sont encore aujourd’hui générées grâce à des autopsies [130, 131].
  • Les domaines de la modélisation mathématique et informatique offrent des moyens d’étudier des systèmes complexes mais ont besoin de financements.
  • Les recherches fondamentales utilisant des cellules souches humaines.
  • Un autre domaine d’étude important mais souvent négligé est la biologie de l’évolution. Un accent plus fort doit être mis sur l’étude de l’évolution, la place de l’évolution dans les maladies et les implications de l’évolution pour la recherche sur les maladies et la recherche de traitements.

Cette liste est très partielle. Éliminer l’utilisation d’animaux sentients en recherche fondamentale ne mènerait pas à une pénurie de recherches fondamentales ayant besoin de financements. Arrêter de financer la recherche fondamentale utilisant des animaux sentients n’aiderait pas les NIH à augmenter leur rapport entre le nombre d’applications financées et le nombre d’applications obtenues.

Conclusion

Sir Ernst Chain, un des découvreurs de la pénicilline, affirma en 1970 :

La science, tant qu’elle se limite à l’étude descriptive de la Nature, n’a aucune qualité morale ou éthique, et cela s’applique aussi bien aux sciences biologiques qu’aux sciences physiques. Aucun attribut de bien ou de mal n’est attaché aux résultats de recherches dont le but est de déterminer des constantes naturelles, telles que la gravité ou la vitesse de la lumière, ou de mesurer les mouvements des étoiles, de décrire les propriétés cinétiques d’une enzyme ou de décrire le comportement d’animaux (quelque puisse être notre état émotionnel concernant cela) ou d’étudier l’activité métabolique d’un microbe, qu’il soit dangereux ou bénéfique pour l’humanité, ou d’étudier une fonction physiologique ou une action pharmacologique et toxique. Aucun qualificatif de bien ou de mal ne peut être attribué à des études dont le but est l’élucidation [de telles questions] [132].

Il n’y a aucun doute sur le fait que la recherche fondamentale a eu pour résultats de grandes percées en physique, chimie et biologie. Presque par définition, aux premiers jours de la science, la recherche fondamentale était responsable de nombreuses, sinon de la majorité, des grandes découvertes. Aujourd’hui, nous voyons encore la recherche fondamentale générer une pléthore de faits. La question que nous avons posée est : peut-on justifier la pratique controversée de l’utilisation d’animaux sentients en recherche médicale fondamentale, étant donné le désarroi de la société face à de telles manières d’utiliser ces animaux ?

L’affirmation de Sir Ernst doit être observée à la lumière des responsabilités morales qui se trouvent en dehors de la science. L’esclavage, par exemple, est quelque chose de mal même si les esclaves étaient utilisés à des fins scientifiques. D’autres problèmes apparaissent pour celui qui réfléchit à la recherche fondamentale. Selon la philosophe Mary Midgley :

L’obsession moralisatrice doit être démasquée publiquement. Il doit être expliqué clairement pourquoi une tentative de comprendre la désertification en Afrique dans le but de lui résister n’est pas, à un profond degré, académiquement inférieur aux avancées de la physique théorique. Quelque chose doit être fait ici en ce qui concerne l’usage actuel tendancieux de mots tels que « fondamentale » et « pure » pour décrire n’importe quelle recherche qui n’a pas vocation à être utile. Les questions triviales sont encore triviales, même quand leurs réponses sont inutiles. Leur inutilité ne peut pas d’elle-même les transformer en des questions essentielles [133].

La recherche fondamentale a de la valeur en elle-même, même quand les traitements ne suivent pas. Cependant, cette valeur doit être évaluée en fonction 1) d’autres domaines de recherche qui pourraient être financés, 2) du prix, autre que financier, de la réalisation des recherches et 3) de la valeur que la société accorde aux animaux sentients, même si la société est parfois incohérente quant au respect de cette valeur.

Pour conclure, nous avons montré que :

  1. La société a exprimé son opinion lors de débats publics et de sondages bien conduits. Selon elle, les animaux sentients ne devraient être utilisés que pour des recherches biomédicales susceptibles d’apporter des traitements et des remèdes ou de diminuer la souffrance des patients humains. Ce point de vue a été reconnu par des revues scientifiques de renom.
  2. La recherche fondamentale a été justifiée historiquement sur la base de sa capacité à apporter de nouvelles connaissances au monde et non sur la base de sa capacité à diminuer la souffrance humaine.
  3. Au milieu du 20ème siècle, cette justification fut menacée et les chercheurs réagirent en associant la recherche fondamentale à des avancées en sciences médicales par le rapport de Comroe et Dripps.
  4. Des recherches actuelles réexaminant le rapport de Comroe et Dripps et la contribution de la recherche fondamentale en général à la découverte de nouveaux traitements et remèdes ont révélé qu’il existe actuellement une faible probabilité que la recherche fondamentale en général puisse conduire à des remèdes contre des maladies humaines. Cela ne contredit pas le fait que, historiquement, la recherche scientifique fondamentale en général et la recherche scientifique fondamentale utilisant des animaux ont effectivement conduit à des percées en recherche biomédicale. L’époque, les méthodes disponibles et les questions ont changé.
  5. D’après des chiffres des NIH, la recherche médicale fondamentale reçoit plus de financements que n’importe quelle autre forme de recherche, utilise des animaux plus souvent qu’elle ne le fait pas, et beaucoup, sinon la majorité de ces animaux seraient classés par la société en général comme étant sentients. Il y a une très forte probabilité que de tels usages, par le simple fait que ces animaux sont confinés dans un environnement non naturel, causent de la douleur et de la souffrance.

En nous basant sur notre interprétation de données acquises à partir de recherches publiées dans des revues à comité de lecture, de sondages auprès de l’opinion publique et de commentaires reflétant les points de vue susmentionnés dans la littérature scientifique, nous concluons que la société n’approuve pas l’utilisation d’animaux sentients en recherche fondamentale.

Remerciements

Les auteurs souhaitent remercier Mark Rice, Larry Hansen, Stephen Baird et Clayton Wiley pour avoir lu et commenté le manuscrit. L’Americans For Medical Advancement (AFMA) est une organisation éducative à but non lucratif qui se concentre sur l’intérêt scientifique d’utiliser des animaux pour la recherche médicale. Les opinions exprimées par les auteurs n’appartiennent qu’à eux et ne représentent pas l’AFMA.

À propos des auteurs

Le docteur Ray Greek a obtenu son doctorat de médecine à l’Université d’Alabama à Birmingham, puis sa spécialisation en anesthésiologie à l’université du Wisconsin à Madison. Il a enseigné à l’université du Wisconsin et à l’université Thomas Jefferson de Philadelphie. Il est actuellement président de l’association à but non lucratif Americans For Medical Advancement (Des américains pour le progrès médical) http://www.AFMA-curedisease.org.

Jean Greek, docteur en médecine vétérinaire, est diplômée de l’école vétérinaire de l’université du Wisconsin à Madison et a obtenu une spécialisation en dermatologie à l’université de Pennsylvanie. Elle a enseigné à l’université du Missouri et exerce à présent son activité à titre libéral.

Contributions des auteurs

Les deux auteurs ont contribué de manière égale au présent article, et ont lu et approuvé le manuscrit.

Intérêts concurrents

Les auteurs déclarent l’absence d’intérêts concurrents

Références

  1. Shanks N, Greek R, Greek J. Are animal models predictive for humans? Philos Ethics Humanit Med. 2009;4:2. doi: 10.1186/1747-5341-4-2. [PMC free article] [PubMed] [Cross Ref]
  2. Shanks N, Greek R. Animal Models in Light of Evolution. Boca Rotan: Brown Walker; 2009. (2b, see Appendix 3)
  3. Calabrese EJ. Suitability of animal models for predictive toxicology: theoretical and practical considerations. Drug Metab Rev. 1984;15:505–523. doi: 10.3109/03602538409029971. [PubMed] [Cross Ref]
  4. Calabrese EJ. Principles of Animal Extrapolation. Boca Rotan: CRC Press; 1991.
  5. Collins JM. Inter-species differences in drug properties. Chem Biol Interact. 2001;134:237–242. doi: 10.1016/S0009-2797(01)00158-2. [PubMed] [Cross Ref]
  6. Fletcher AP. Drug safety tests and subsequent clinical experience. J R Soc Med. 1978;71:693–696. [PMC free article] [PubMed]
  7. Garattini S. Toxic effects of chemicals: difficulties in extrapolating data from animals to man. Crit Rev Toxicol. 1985;16:1–29. doi: 10.3109/10408448509041323. [PubMed] [Cross Ref]
  8. Hackam DG. Translating animal research into clinical benefit. BMJ. 2007;334:163–164. doi: 10.1136/bmj.39104.362951.80. [PMC free article] [PubMed] [Cross Ref]
  9. Hackam DG, Redelmeier DA. Translation of research evidence from animals to humans. JAMA. 2006;296:1731–1732. doi: 10.1001/jama.296.14.1731. [PubMed] [Cross Ref]
  10. Heywood R. Target organ toxicity II. Toxicol Lett. 1983;18:83–88. doi: 10.1016/0378-4274(83)90075-9. [PubMed] [Cross Ref]
  11. Heywood R. In: Animal Toxicity Studies: Their Relevance for Man. Lumley CE, Walker S, editor. Lancaster: Quay; 1990. Clinical Toxicity–Could it have been predicted? Post-marketing experience; pp. 57–67.
  12. Igarashi T. In: CMR Workshop: The Timing of Toxicological Studies to Support Clinical Trials. C Parkinson NM, Lumley C, Walker SR, editor. Boston: Kluwer; 1994. The duration of toxicity studies required to support repeated dosing in clinical investigation–A toxicologists opinion; pp. 67–74.
  13. Igarashi T, Nakane S, Kitagawa T. Predictability of clinical adverse reactions of drugs by general pharmacology studies. J Toxicol Sci. 1995;20:77–92. [PubMed]
  14. Igarashi T, Yabe T, Noda K. Study design and statistical analysis of toxicokinetics: a report of JPMA investigation of case studies. J Toxicol Sci. 1996;21:497–504. [PubMed]
  15. Igarashi Y. Report from the Japanese Pharmaceutical Manufacturers Association 1994 Seiyakukyo data. Translation of: Report from the Japanese Pharmaceutical Manufacturers Association 1994 Seiyakukyo data.
  16. Knight A. Systematic reviews of animal experiments demonstrate poor human clinical and toxicological utility. Altern Lab Anim. 2007;35:641–659. [PubMed]
  17. Knight A, Bailey J, Balcombe J. Animal carcinogenicity studies: 1. Poor human predictivity. Altern Lab Anim. 2006;34:19–27. [PubMed]
  18. Koppanyi T, Avery MA. Species differences and the clinical trial of new drugs: a review. Clin Pharmacol Ther. 1966;7:250–270. [PubMed]
  19. Lindl T, Voelkel M, Kolar R. [Animal experiments in biomedical research. An evaluation of the clinical relevance of approved animal experimental projects] ALTEX. 2005;22:143–151. [PubMed]
  20. Lindl T, Völkel M, Kolar R. Animal experiments in biomedical research. An evaluation of the clinical relevance of approved animal experimental projects: No evident implementation in human medicine within more than 10 years. ALTEX. 2006;23:111.
  21. Litchfield JT Jr. Symposium on clinical drug evaluation and human pharmacology. XVI. Evaluation of the safety of new drugs by means of tests in animals. Clin Pharmacol Ther. 1962;3:665–672. [PubMed]
  22. Lumley C. In: Animal Toxicity Studies: Their Relevance for Man. Lumley C, Walker S, editor. Quay; 1990. Clinical toxicity: could it have been predicted? Premarketing experience; pp. 49–56.
  23. Perel P, Roberts I, Sena E, Wheble P, Briscoe C, Sandercock P, Macleod M, Mignini LE, Jayaram P, Khan KS. Comparison of treatment effects between animal experiments and clinical trials: systematic review. BMJ. 2007;334:197. doi: 10.1136/bmj.39048.407928.BE. [PMC free article] [PubMed] [Cross Ref]
  24. Salsburg D. The lifetime feeding study in mice and rats–an examination of its validity as a bioassay for human carcinogens. Fundam Appl Toxicol. 1983;3:63–67. doi: 10.1016/S0272-0590(83)80174-2. [PubMed] [Cross Ref]
  25. Shanks N, Pyles RA. Evolution and medicine: the long reach of « Dr. Darwin ». Philos Ethics Humanit Med. 2007;2:4. doi: 10.1186/1747-5341-2-4. [PMC free article] [PubMed] [Cross Ref]
  26. Spriet-Pourra C, Auriche M, (Eds) SCRIP Reports. PJB; 1994.
  27. Wall RJ, Shani M. Are animal models as good as we think? Theriogenology. 2008;69:2–9. doi: 10.1016/j.theriogenology.2007.09.030. [PubMed] [Cross Ref]
  28. Derbyshire SWG. Time to Abandon the Three Rs. The Scientist. 2006;20:23.
  29. Scientific Achievements Less Prominent Than a Decade Ago. Public praises science; scientists fault public, media. http://people-press.org/report/528/
  30. Aldhous P, Coghlan A, Copley J. Let the people speak. New Scientist. 1999. [PubMed]
  31. Giles J. Animal experiments under fire for poor design. Nature. 2006;444:981. doi: 10.1038/444981a. [PubMed] [Cross Ref]
  32. ILAR. Science, Medicine, and Animals. Washington, DC: National Academies Press; 2004. (32a, P1. 32b, P20.)
  33. Frey RG. Vivisection, morals and medicine. J Med Ethics. 1983;9:94–97. doi: 10.1136/jme.9.2.94. [PMC free article] [PubMed] [Cross Ref]
  34. Editorial. A slippery slope. Nature. 2009;462:699.
  35. House of Commons Select Committee on Science and Technology. Book Blue Skies Research Tenth Report. London: House of Commons. Session 2006-2007; 2007.
  36. Bosch X. New European funding agency backs « blue-skies » research. JAMA. 2007;297:1644. doi: 10.1001/jama.297.15.1644. [PubMed] [Cross Ref]
  37. Vance DE. Phosphatidylethanolamine N-methyltransferase: unexpected findings from curiosity-driven research. Eur J Med Res. 1996;1:182–188. [PubMed]
  38. National Environment Research Council. Blue Skies Review Final Report. London: NERC; 2007.
  39. Organisation for Economic Cooperation and Development. The Measurement of Scientific and Technical activities: Proposed Standard Practice for Surveys of Research and Development. Paris. 1963.
  40. Bacon F. The Great Instauration and the Novum Organum 1620. Whitefish: Kessinger Publishing, LLC; 2010.
  41. Bernard C. An Introduction to the Study of Experimental Medicine. New York: Dover; 1973. p. P156.
  42. Lord Ralyleigh. The Life of Sir J.J. Thomson. Cambridge: Cambridge University Press; 1942. p. P198.
  43. Braben D. Pioneering Research: A Risk Worth Taking. Hoboken: John Wiley and Sons; 2004.
  44. Kornberg A. Science in the stationary phase. Science. 1995;269:1799. doi: 10.1126/science.7569906. [PubMed] [Cross Ref]
  45. General Accounting Office. GAO-01-286R Drugs Withdrawn From Market. Washington, DC: US General Accounting Office; 2001.
  46. Holden C. Race and medicine. Science. 2003;302:594–596. doi: 10.1126/science.302.5645.594. [PubMed] [Cross Ref]
  47. Weinshilboum R. Inheritance and drug response. N Engl J Med. 2003;348:529–537. doi: 10.1056/NEJMra020021. [PubMed] [Cross Ref]
  48. Kaiser J. Gender in the pharmacy: does it matter? Science. 2005;308:1572. doi: 10.1126/science.308.5728.1572. [PubMed] [Cross Ref]
  49. Penny MA, McHale D. Pharmacogenomics and the drug discovery pipeline: when should it be implemented? Am J Pharmacogenomics. 2005;5:53–62. doi: 10.2165/00129785-200505010-00005. [PubMed] [Cross Ref]
  50. Simon V. Wanted: women in clinical trials. Science. 2005;308:1517. doi: 10.1126/science.1115616. [PubMed] [Cross Ref]
  51. Mann DL. Targeted cancer therapeutics: the heartbreak of success. Nat Med. 2006;12:881–882. doi: 10.1038/nm0806-881. [PubMed] [Cross Ref]
  52. Risch N. Dissecting racial and ethnic differences. N Engl J Med. 2006;354:408–411. doi: 10.1056/NEJMe058265. [PubMed] [Cross Ref]
  53. Couzin J. Cancer research. Probing the roots of race and cancer. Science. 2007;315:592–594. doi: 10.1126/science.315.5812.592. [PubMed] [Cross Ref]
  54. Couzin J. Human genetics. In Asians and whites, gene expression varies by race. Science. 2007;315:173–174. doi: 10.1126/science.315.5809.173a. [PubMed] [Cross Ref]
  55. Spielman RS, Bastone LA, Burdick JT, Morley M, Ewens WJ, Cheung VG. Common genetic variants account for differences in gene expression among ethnic groups. Nat Genet. 2007;39:226–231. doi: 10.1038/ng1955. [PMC free article] [PubMed] [Cross Ref]
  56. Willyard C. Blue’s clues. Nat Med. 2007;13:1272–1273. doi: 10.1038/nm1107-1272. [PubMed] [Cross Ref]
  57. Weiss ST, McLeod HL, Flockhart DA, Dolan ME, Benowitz NL, Johnson JA, Ratain MJ, Giacomini KM. Creating and evaluating genetic tests predictive of drug response. Nat Rev Drug Discov. 2008;7:568–574. doi: 10.1038/nrd2520. [PMC free article] [PubMed] [Cross Ref]
  58. Bhatt DL. Tailoring Antiplatelet Therapy Based on Pharmacogenomics: How Well Do the Data Fit? JAMA. 2009;302:896–897. doi: 10.1001/jama.2009.1249. [PubMed] [Cross Ref]
  59. Cosio MG, Saetta M, Agusti A. Immunologic aspects of chronic obstructive pulmonary disease. N Engl J Med. 2009;360:2445–2454. doi: 10.1056/NEJMra0804752. [PubMed] [Cross Ref]
  60. Shuldiner AR, O’Connell JR, Bliden KP, Gandhi A, Ryan K, Horenstein RB, Damcott CM, Pakyz R, Tantry US, Gibson Q. et al. Association of Cytochrome P450 2C19 Genotype With the Antiplatelet Effect and Clinical Efficacy of Clopidogrel Therapy. JAMA. 2009;302:849–857. doi: 10.1001/jama.2009.1232. [PubMed] [Cross Ref]
  61. Willyard C. HIV gender clues emerge. Nat Med. 2009;15:830. doi: 10.1038/nm0809-830b. [PubMed] [Cross Ref]
  62. Dombrowski D. Babies and Beasts: The Argument from Marginal Cases. Springfield. University of Illinois Press; 1997.
  63. Dombrowski DA. Is the argument from marginal cases obtuse? J Appl Philos. 2006;23:223–232. doi: 10.1111/j.1468-5930.2006.00334.x. [PubMed] [Cross Ref]
  64. Cohen C, Regan T. The Animal Rights Debate. Lanham: Rowman & Littlefield Publishers, Inc; 2001.
  65. Rachels J. Created From Animals. Oxford: Oxford University Press; 1991.
  66. Regan T, Singer P. Animal Rights and Human Obligations. Upper Saddle River: Prentice Hall; 1989.
  67. Hockfield S. The next innovation revolution. Science. 2009;323:1147. doi: 10.1126/science.1170834. [PubMed] [Cross Ref]
  68. Bush V. Science The Endless Frontier: A Report to the President by Vannevar Bush, Director of the Office of Scientific Research and Development. Washington, DC; Office of Scientific researc and Development; 1945.
  69. Sherwin CW, Isenson RS. Project hindsight. A Defense Department study of the utility of research. Science. 1967;156:1571–1577. doi: 10.1126/science.156.3782.1571. [PubMed] [Cross Ref]
  70. Johnson LB. June 15 meeting with US medical and hospital leaders. Quoted in CA Cancer J Clin. 1966;16:256–257. doi: 10.3322/canjclin.16.6.256. [Cross Ref]
  71. Comroe JH Jr, Dripps RD. Scientific basis for the support of biomedical science. Science. 1976;192:105–111. doi: 10.1126/science.769161. [PubMed] [Cross Ref]
  72. Grant J, Green L, Mason B. From Bedside to Bench: Comroe and Dripps Revisited. Uxbridge: Health Economics Research Group; 2003. (72b, P40.)
  73. Freeman M, St Johnston D. Wherefore DMM? Disease Models & Mechanisms. 2008;1:6–7.
  74. LaFollette H, Shanks N. Brute Science: Dilemmas of animal experimentation. New York: Routledge; 1996.
  75. Comroe JH Jr, Dripps RD. Ben Franklin and Open Heart Surgery. Cardiovasc Dis. 1975;2:361–375. [PMC free article] [PubMed]
  76. Comroe JH. Answers to a congressman’s questions. Circ Res. 1969;25:501–503. [PubMed]
  77. Comroe JH Jr, Dripps RD. Ben Franklin and open heart surgery. Circ Res. 1974;35:661–669. [PubMed]
  78. Comroe JH. Retrospectroscope: Insights into Medical Discovery. Van Gehr Press; 1977.
  79. Silverman WA. The unresolved oxygen-level issue: hijacked by anti-trialists. J Perinatol. 2004;24:109–111. doi: 10.1038/sj.jp.7211029. [PubMed] [Cross Ref]
  80. Smith R. Comroe and Dripps revisited. Br Med J (Clin Res Ed) 1987;295:1404–1407. doi: 10.1136/bmj.295.6610.1404. [PMC free article] [PubMed] [Cross Ref]
  81. Farrar S. Key basic research study proves fatally ambiguous. The Times Higher Education. 2003. http://www.timeshighereducation.co.uk/story.asp?storyCode=181279&sectioncode=26
  82. Grant J, Green L, Mason B. Basic research and health: a reassessment of the scientific basis for the support of biomedical science. Research Evaluation. 2003;12:217–224. doi: 10.3152/147154403781776618. [Cross Ref]
  83. Contopoulos-Ioannidis DG, Ntzani E, Ioannidis JP. Translation of highly promising basic science research into clinical applications. Am J Med. 2003;114:477–484. doi: 10.1016/S0002-9343(03)00013-5. [PubMed] [Cross Ref]
  84. Lost in clinical translation. Nat Med. 2004;10:879. doi: 10.1038/nm0904-879. [PubMed] [Cross Ref]
  85. Crowley WF Jr. Translation of basic research into useful treatments: how often does it occur? Am J Med. 2003;114:503–505. doi: 10.1016/S0002-9343(03)00119-0. [PubMed] [Cross Ref]
  86. Hamilton DP. Publishing by–and for?–the numbers. Science. 1990;250:1331–1332. doi: 10.1126/science.2255902. [PubMed] [Cross Ref]
  87. Steinman R, Szalavitz M. Patients Have Been Too Patient With Basic Research. Cerebrum. 2002;4
  88. Ioannidis JP. Materializing research promises: opportunities, priorities and conflicts in translational medicine. J Transl Med. 2004;2:5. doi: 10.1186/1479-5876-2-5. [PMC free article] [PubMed] [Cross Ref]
  89. Grant J, Cottrell R, Cluzeau F, Fawcett G. Evaluating « payback » on biomedical research from papers cited in clinical guidelines: applied bibliometric study. BMJ. 2000;320:1107–1111. doi: 10.1136/bmj.320.7242.1107. [PMC free article] [PubMed] [Cross Ref]
  90. Chalmers I. Evaluating « payback » on biomedical research. Biomedical funding decisions should be audited. BMJ. 2000;321:566. doi: 10.1136/bmj.321.7260.566. [PMC free article] [PubMed] [Cross Ref]
  91. Buxton M, Hanney S. How can payback from health services research be assessed? J Health Serv Res Policy. 1996;1:35–43. [PubMed]
  92. Silverman WA. Snobbery and gamesmanship in medical research. Paediatr Perinat Epidemiol. 2005;19:2–3. doi: 10.1111/j.1365-3016.2004.00547.x. [PubMed] [Cross Ref]
  93. Rothwell PM. Funding for practice-oriented clinical research. Lancet. 2006;368:262–266. doi: 10.1016/S0140-6736(06)69010-7. [PubMed] [Cross Ref]
  94. Farewell Address. http://en.wikisource.org/wiki/Military-Industrial_Complex_Speech
  95. News Feature. Translational research: getting the message across. Nature. 2008;453:839. doi: 10.1038/453839a. [PubMed] [Cross Ref]
  96. Butler D. Translational research: crossing the valley of death. Nature. 2008;453:840–842. doi: 10.1038/453840a. [PubMed] [Cross Ref]
  97. Begley S. Financial Obstacles Help Keep Doctors From Patient Research. Wall Street Journal. 2003.
  98. Begley S. Physician-Researchers Needed To Get Cures Out of Rat’s Cage. Wall Street Journal; 2003.
  99. Mission Statement. http://www.nida.nih.gov/mediaguide/othergovernment.html
  100. UK Clinical Research Collaboration. UK Health Research Analysis. London. 2006.
  101. Nathan DG, Schechter AN. NIH support for basic and clinical research: biomedical researcher angst in 2006. JAMA. 2006;295:2656–2658. doi: 10.1001/jama.295.22.2656. [PubMed] [Cross Ref]
  102. Sung NS, Crowley WF Jr, Genel M, Salber P, Sandy L, Sherwood LM, Johnson SB, Catanese V, Tilson H, Getz K. et al. Central Challenges Facing the National Clinical Research Enterprise. JAMA. 2003;289:1278–1287. doi: 10.1001/jama.289.10.1278. [PubMed] [Cross Ref]
  103. Hampton T. Targeted cancer therapies lagging: better trial design could boost success rate. JAMA. 2006;296:1951–1952. doi: 10.1001/jama.296.16.1951. [PubMed] [Cross Ref]
  104. Rosenberg RN. Translating biomedical research to the bedside: a national crisis and a call to action. JAMA. 2003;289:1305–1306. doi: 10.1001/jama.289.10.1305. [PubMed] [Cross Ref]
  105. Chalmers I. Biomedical research: Are we getting value for money? Significance. 2006;3:172–175. doi: 10.1111/j.1740-9713.2006.00200.x. [Cross Ref]
  106. Bell J. Resuscitating clinical research in the United Kingdom. BMJ. 2003;327:1041–1043. doi: 10.1136/bmj.327.7422.1041. [PMC free article] [PubMed] [Cross Ref]
  107. Ioannidis JP. Evolution and translation of research findings: from bench to where? PLoS Clin Trials. 2006;1:e36. doi: 10.1371/journal.pctr.0010036. [PMC free article] [PubMed] [Cross Ref]
  108. O’Collins VE, Macleod MR, Donnan GA, Horky LL, van der Worp BH, Howells DW. 1,026 experimental treatments in acute stroke. Ann Neurol. 2006;59:467–477. doi: 10.1002/ana.20741. [PubMed] [Cross Ref]
  109. Sigma_Xi. Sigma Xi Statements of the Use of Animals in Research. American Scientist. 1992;80:73–76.
  110. Ledford H. Translational research: the full cycle. Nature. 2008;453:843–845. doi: 10.1038/453843a. [PubMed] [Cross Ref]
  111. Committee on Models for Biomedical Research. Board on Basic Biology. Commission on Life Science. National Research Council. Models for Biomedical Research: A New Perspective. Washington, DC: National Academy Press; 1985.
  112. Panksepp J. Affective Neuroscience: The Foundations of Human and Animal Emotions (Series in Affective Science) Oxford: Oxford University Press; 1998.
  113. Panksepp J. At the interface of the affective, behavioral, and cognitive neurosciences: decoding the emotional feelings of the brain. Brain Cogn. 2003;52:4–14. doi: 10.1016/S0278-2626(03)00003-4. [PubMed] [Cross Ref]
  114. Panksepp J. Toward a science of ultimate concern. Conscious Cogn. 2005;14:22–29. doi: 10.1016/j.concog.2004.10.002. [PubMed] [Cross Ref]
  115. Panksepp J. Affective consciousness: Core emotional feelings in animals and humans. Conscious Cogn. 2005;14:30–80. doi: 10.1016/j.concog.2004.10.004. [PubMed] [Cross Ref]
  116. Panksepp J, Burgdorf J, Beinfeld MC, Kroes RA, Moskal JR. Regional brain cholecystokinin changes as a function of friendly and aggressive social interactions in rats. Brain Res. 2004;1025:75–84. doi: 10.1016/j.brainres.2004.07.076. [PubMed] [Cross Ref]
  117. Panksepp J, Nocjar C, Burgdorf J, Panksepp JB, Huber R. In: 50th Nebraska Symposium on Motivation Motivational factors in the etiology of drug abuse. Lincoln. Bevins RA, editor. 2004. The role of emotional systems in addiction. A neuroethological perspective; pp. 85–126.
  118. Panksepp JB, Huber R. Ethological analyses of crayfish behavior: a new invertebrate system for measuring the rewarding properties of psychostimulants. Behav Brain Res. 2004;153:171–180. doi: 10.1016/j.bbr.2003.11.014. [PubMed] [Cross Ref]
  119. Baldwin A, Bekoff M. Too Stressed to Work. New Scientist. 2007. p. 24. [Cross Ref]
  120. Bekoff M. The Animal Manifesto: Six Reasons for Expanding Our Compassion Footprint. Novato: New World Library; 2010.
  121. Bekoff M. Aquatic animals, cognitive ethology, and ethics: questions about sentience and other troubling issues that lurk in turbid water. Dis Aquat Organ. 2007;75:87–98. doi: 10.3354/dao075087. [PubMed] [Cross Ref]
  122. Bekoff M. Are You Feeling What I’m Feeling? New Scientist. 2007. pp. 42–47. [Cross Ref]
  123. Broom DM. Cognitive ability and sentience: which aquatic animals should be protected? Dis Aquat Organ. 2007;75:99–108. doi: 10.3354/dao075099. [PubMed] [Cross Ref]
  124. Mukerjee M. Book Review of Speaking for the Animals Scientific American. 2004. pp. 96–97.
  125. APHIS. Rats/Mice/and Birds Database: Researchers, Breeders, Transporters, and Exhibitors. A Database Prepared by the Federal Research Division, Library of Congress under an Interagency Agreement with the United States Department of Agriculture’s Animal Plant Health Inspection Service. Washington, DC: APHIS; 2000.
  126. Horrobin DF. Modern biomedical research: an internally self-consistent universe with little contact with medical reality? Nat Rev Drug Discov. 2003;2:151–154. doi: 10.1038/nrd1012. [PubMed] [Cross Ref]
  127. YewCon. http://www.yewconservation.org/YewCon/YewCon_Advocacy.html
  128. Pennisi E. Beyond yew: chemists boost taxol yield – cancer treatment from yew tree. Science News. 1992.
  129. Hartzell H, Rust J. The Yew Tree: A Thousand Whispers: Biography of a Species. Cottage Grove:Hulogosi Communications Inc; 1990.
  130. Blosser SA, Zimmerman HE, Stauffer JL. Do autopsies of critically ill patients reveal important findings that were clinically undetected? Crit Care Med. 1998;26:1332–1336. doi: 10.1097/00003246-199808000-00015. [PubMed] [Cross Ref]
  131. Perkins GD, McAuley DF, Davies S, Gao F. Discrepancies between clinical and postmortem diagnoses in critically ill patients: an observational study. Crit Care. 2003;7:R129–132. doi: 10.1186/cc2359. [PMC free article] [PubMed] [Cross Ref]
  132. Chain E. Social Responsibility and the Scientist in Modern Western Society. Robert Waley Cohen memorial lecture. London: The Council of Christians and Jews; 1970. p. P24.
  133. Midgley M. Wisdom Information and Wonder: What is Knowledge For? London: Routledge; 1991. p. P58.