De la recherche animale avec l’argent du Téléthon ?

Paris, le 24 novembre 2016 – Le Téléthon permet, chaque année, de recueillir des dons pour aider des malades mais aussi pour la recherche biomédicale. Cette recherche utilise-t-elle les meilleures méthodes disponibles ? Antidote Europe, un comité scientifique, a interrogé la Présidente de l’AFM-Téléthon.

Le premier week-end de décembre aura lieu, comme chaque année, le Téléthon, immense événement médiatique pour collecter des dons au profit de l’AFM-Téléthon, une association dont le conseil d’administration est composé de malades et de parents de malades (http://www.afm-telethon.fr/). Si le but de venir en aide à ces malades, à leurs familles, et de soutenir la recherche de thérapies est louable, nous nous interrogeons sur les méthodes utilisées pour mener à bien ces recherches, sur des maladies neuromusculaires principalement.

Dans le monde, quel que soit le domaine de la recherche biomédicale, des expériences continuent à être faites sur des animaux bien que, comme le démontrent Antidote Europe et de plus en plus de chercheurs, la transposition à l’homme des résultats obtenus sur des animaux soit des plus hasardeuses. Beaucoup de scientifiques s’interrogent sur le bien-fondé de financer la recherche animale et proposent que les moyens soient plutôt alloués aux méthodes basées sur l’homme, bien plus à même de fournir des données pertinentes.

Antidote Europe écrivait, dès le 3 octobre 2016, à Mme Laurence Tiennot-Herment, Présidente de l’AFM-Téléthon. Sans réponse de sa part plus d’un mois après, nous lui avons envoyé un autre courrier la prévenant que nous allions publier notre lettre, avec les interrogations qu’elle contient.

Texte intégral de nos courriers sur http://antidote-europe.org/recherche-animale-argent-telethon/

Contact médias

André Ménache, Directeur Antidote Europe : 06 23 42 62 95