Contre-conférence Stop Vivisection

Paris, le 5 décembre 2016Le 6 décembre prochain, Bruxelles sera le lieu où seront présentées deux visions opposées de l’utilisation d’animaux pour la recherche biomédicale et toxicologique. Pour les citoyens et scientifiques accueillis au Parlement européen, il est nécessaire et urgent de supprimer l’expérimentation animale.

ContreConfPE6nov16

L’initiative citoyenne européenne Stop Vivisection a été l’une des trois seules initiatives citoyennes sur plusieurs dizaines à avoir réussi à collecter plus de 1 million de signatures dans toute l’Union européenne en moins d’un an. La Commission européenne (CE) a pourtant rejeté toutes ses propositions et avait proposé plutôt d’organiser une conférence sur les méthodes alternatives.

Les promoteurs de Stop Vivisection ont jugé flou et trompeur le positionnement de la CE et ont fait part à cette dernière qu’ils ne participeraient pas à sa conférence et que celle-ci ne devrait pas se réclamer de Stop Vivisection (voir http://antidote-europe.org/stop-vivisection-ne-participera-a-conference-organisee-commission-europeenne/). En plus de cinquante années depuis sa formulation, le principe des 3Rs (rationaliser, réduire, remplacer les essais sur des animaux), sur lequel la directive 2010/63/UE se fonde et qui sera le mantra de la conférence de la CE, n’a servi qu’à maintenir le statu quo et a ruiné toutes les tentatives de mettre un terme aux essais sur les animaux, ceux-ci étant toujours présentés -à tort- comme un « mal nécessaire ».

Grâce à l’accueil de l’eurodéputée Eleonora Evi, une contre-conférence organisée par les promoteurs de Stop Vivisection sera donnée au Parlement européen. Celle-ci abordera les deux questions majeures soulevées par Stop Vivisection durant deux années d’intense mobilisation populaire à travers l’Union européenne :
1. l’absence de validité scientifique de l’utilisation d’animaux pour prédire la réponse humaine aux médicaments et aux maladies, et
2. la nécessité de surmonter tous les obstacles politiques, culturels et financiers qui interfèrent avec la validation et l’utilisation effective des méthodes de recherche fiables.

Tous les détails (programme, intervenants, lieu, inscription) sur le communiqué de presse diffusé par Stop Vivisection :

minia-cp

Plus d’informations sur l’initiative citoyenne européenne Stop Vivisection sur : http://www.stopvivisection.eu

Contact médias

André Ménache : 06 23 42 62 95
Représentant officiel de l’initiative citoyenne européenne Stop Vivisection
Directeur d’Antidote Europe