Bisphénol A : nouvelle mise en garde

Une association française réitère ses mises en garde contre le bisphénol A: Et déplore que l’AFSSA se laisse distraire par des résultats obtenus sur des animaux alors que des données humaines fiables sont disponibles.

L’association française Antidote Europe critique une nouvelle fois l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) pour sa position confuse et le manque de clarté de ses annonces publiques au sujet du bisphénol A. D’après Antidote Europe, l’AFSSA se laisse distraire par des résultats contradictoires obtenus lors de tests sur des animaux au lieu de concentrer son attention sur les données humaines disponibles.

“Les souris et les rats répondent différemment au bisphénol A et même des lignées différentes de rats fournissent des résultats contradictoires. Quel est donc l’intérêt d‘étudier des animaux alors que la réponse saute aux yeux ?” demande Claude Reiss, président d’Antidote Europe et ancien directeur de recherche au CNRS. “Contrairement aux tests sur des animaux, les données humaines sont sans équivoque. De récentes études de populations humaines, ainsi que des études sur des cellules humaines, ont montré que le bisphénol A pouvait affecter la fertilité humaine, entre autres problèmes de santé.”

“Le public serait choqué d’apprendre que cette substance chimique a été originellement produite en tant qu’hormone contraceptive pour les femmes et a plus tard trouvé des applications dans l’industrie du plastique.”