Antidote Europe a 10 ans !
Antidote Europe a 10 ans !
Pourquoi
Pourquoi

Introduction

fleurAntidote Europe oeuvre pour une meilleure prévention en matière de santé humaine, informe sur le danger d’utiliser les données issues de l’expérimentation animale, et fait la promotion de méthodes plus modernes et plus fiables, notamment dans son domaine d’expertise qu’est la toxicologie.

Methodes alternatives
Methodes alternatives
  • Dernier entretien
  • Dernier entretien
  • Dernier entretien
  • Dernier entretien
  • Dernier entretien
  • Dernier entretien
  • Dernier entretien
  • Dernier entretien

Articles

Stop Vivisection fait escale à Montpellier

Le 13 septembre 2014, Antidote Europe participait à une action de soutien à l’initiative citoyenne européenne Stop Vivisection organisée par le collectif International Campaigns (IC) à Montpellier . Plus de 130 personnes en combinaison blanche formaient un triangle place de la Comédie. Elles ont tenu des pancartes avec ce message clair : « Stop Vivisection », aux… Lire la suite

Vidéo accueil

Communiqués de presse

Des Eurocandidats s’engagent pour Stop Vivisection

Paris, le 22 mai 2014 – L’initiative citoyenne européenne Stop Vivisection sera la première initiative citoyenne examinée par le nouveau Parlement européen et la nouvelle Commission européenne. Elle vient de recueillir le soutien de nombreux candidats aux élections du Parlement européen dans plusieurs pays de l’Union. Si vous êtes candidat aux élections européennes et souhaitez… Lire la suite

Conférences

Le 12 septembre 2014, André Ménache donnait une conférence à la Simon Stock Catholic School, à Maidstone, au Royaume Uni. Cette conférence portait sur l’utilisation d’animaux pour prédire les réactions physiologiques et pathologiques humaines. Il est important de ne pas confondre prédiction et analyse rétrospective. Lorsqu’on constate que certaines espèces animales et l’espèce humaine ont présenté la même réaction à un médicament donné, par exemple, il s’agit d’une analyse rétrospective. Cela ne signifie nullement qu’à partir de la réaction observée sur une espèce on puisse prédire la réaction chez une autre espèce. Se fonder sur la recherche animale et appliquer ces données à l’homme, c’est la grave erreur que commettent les défenseurs de l’expérimentation animale et que notre association dénonce. Notre directeur a également abordé le thème de la prévention, en particulier la possibilité d’éviter l’exposition à certaines substances chimiques, prévention qui pourrait être faite de façon plus efficace si les effets toxiques des substances chimiques étaient mis en évidence par des méthodes fiables (comme la toxicogénomique) plutôt que par des tests sur des animaux, non prédictifs pour l’homme. Le public de cette conférence était composé d’environ 80 étudiants âgés de dix-huit ans. Un seul connaissait le bisphénol A, preuve que l’information donnée au public par les autorités sanitaires est encore bien insuffisante.

10 mensonges
10 mensonges
blog
blog

Dans les médias

Le 15 septembre 2014, l’édition de 20 minutes de Montpellier publiait un article sur l’action de soutien à l’initiative citoyenne européenne Stop Vivisection. L’article faisait suite à un entretien sur place avec un journaliste qui avait interviewé l’organisateur de l’action (et responsable d’International Campaigns) et Hélène Sarraseca, responsable d’Antidote Europe. L’article, court mais résumant très exactement l’essentiel, était disponible sur http://www.20minutes.fr/montpellier/1443013-20140915-non-130-personnes.

Adhérer/Faire un don
Adhérer/Faire un don

Actions de lobbying

Le 29 avril 2014, André Ménache et d’autres vétérinaires britanniques demandaient au ministre de la Défense du Royaume Uni de mettre fin à l’utilisation de cochons pour des entraînements militaires. « En tant que chirurgiens vétérinaires, nous maîtrisons le concept de différences entre espèces animales. Nous ne testerions pas sur des chevaux un médicament développé pour des perroquets. Quelle est donc la logique d’entraîner sur des cochons des médecins humains ? », écrivaient-ils. En 2008, une demande similaire de la part de parlementaires et défenseurs des animaux avait abouti à la promesse du ministère de la Défense de ne plus utiliser des chèvres pour des tests de décompression. Nous ne savons pas encore quelle sera la réponse du ministre à cette nouvelle demande. Le Daily Mail a publié un article sur cette question. André Ménache n’écrivait pas cette lettre au nom d’Antidote Europe mais en son nom propre, dépassant le cadre scientifique et utilisant plusieurs arguments. Nous publions la lettre dans son intégralité sur notre site, en version originale et en français, car, conformément à nos statuts, il est bon de réaffirmer en toute occasion possible qu’aucune espèce animale n’est le modèle biologique de l’homme.